Vaud

03 décembre 2019 18:07; Act: 03.12.2019 20:26 Print

Un budget à l'équilibre, malgré les critiques

Mardi, c'est un quatorzième exercice positif qu'a présenté Pascal Broulis au Grand Conseil vaudois.

storybild

Le projet de budget est le «quatorzième exercice positif consécutif», selon Pascal Broulis. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le Grand Conseil vaudois est facilement entré en matière mardi sur le budget 2020. Malgré les craintes du PLR sur la croissance des charges. Malgré les critiques de l'UDC sur les charges qui pèsent sur les communes. Et malgré les regrets de la gauche sur la timidité de l'effort pour le climat.

Ce projet de budget est le «quatorzième exercice positif consécutif», a rappelé devant le plénum le conseiller d'Etat Pascal Broulis. Il prévoit un excédent de revenus de 76'100 francs, pour un total de charges d'un peu plus de 10 milliards de francs. L'entrée en matière a été votée par 113 voix contre 10 et 10 abstentions.

Socialement responsable

Dans l'ensemble, les députés ont salué un budget équilibré, adapté à la hausse de la démographie et qui permet d'assurer les services indispensables à la population. Amélie Cherbuin (PS) s'est félicitée d'un «budget socialement responsable».

Plusieurs élus ont regretté le peu de moyens alloués à la défense du climat. «On prévoit 9,4 millions de francs, soit seulement 0,09% du budget», a calculé la Vert'libérale Martine Meldem. «On dépense quatre fois plus pour l'économie que pour la protection de l'environnement», a renchéri Vassilis Venizelos (Verts).

Des communes qui souffrent

Comme chaque année, le PLR s'est inquiété de la hausse des charges ( 2,43%). Carole Dubois a regretté que cette préoccupation ne soit toujours pas entendue. Les ressources allouées à la santé sont en hausse de 113 millions, celles en faveur de l'action sociale de 77 millions.

L'UDC Philippe Jobin a prononcé un plaidoyer en faveur des «contribuables et des communes qui souffrent en silence» sous le poids des charges sociales. Il a réclamé un «urgent rééquilibrage» entre les montants payés par l'Etat et et ceux à charge des communes. Pour marquer leur désapprobation, dix membres du groupe UDC ont refusé l'entrée en matière.

Déductions fiscales

La gauche radicale - Ensemble à Gauche et PoP - a tenu les plus vives critiques. Elle a tenté - en vain pour l'instant - de remettre en cause les déductions fiscales que les entreprises pourront pratiquer en matière de brevets ainsi que de recherche et développement. Un outil «pratiqué par l'ensemble des pays occidentaux», a plaidé Pascal Broulis.

«Ce budget équilibré apporte une réponse globale à des besoins divers», a répliqué aux mécontents Nuria Gorrite, la présidente du gouvernement vaudois. Elle a expliqué qu'un «plan climat» est en cours d'élaboration, et que des mesures seront présentées début 2020.

Effets de manche

Elle a rappelé que des discussions ont été engagées avec les communes au sujet d'une bascule - partielle ou totale - de la facture sociale. «Ces questions sont complexes. Il faut éviter les effets de manche», a-t-elle lancé. Le débat budgétaire se poursuit mercredi, puis la semaine prochaine.

(nxp/ats)