Vaud

08 juillet 2014 22:25; Act: 09.07.2014 11:50 Print

Un couple fait baisser son loyer de 600 francs

par Francesco Brienza - Deux Lausannois ont eu raison de contester leur bail. Ils ont gagné le premier round. La pratique, de plus en plus courante, paie souvent.

Une faute?

C’est un long chemin qui attend celui qui conteste son loyer juste après la signature du contrat. Mais le jeu en vaut parfois la chandelle. René et Sophie* viennent d’obtenir une baisse de 600 fr. par mois. Le couple a emménagé il y a un an dans un 4,5 pièces à deux pas du pont Bessières. Son loyer: 3500 fr. Un montant jugé abusif, puisque le locataire précédent – qui n’y a séjourné que 18 mois – payait 2900 francs.

Selon le bailleur, cela s’explique par les loyers habituels du quartier. «Cette hausse ne se justifie pas, estime au contraire Jean-Luc Veuthey, l’agent d’affaires qui défend le couple. Dans le même immeuble, d’autres paient beaucoup moins.» Les deux camps se sont retrouvés au Tribunal des baux le 11 juin, après un échec en commission de conciliation. Le verdict favorable à René et Sophie est tombé fin juin: leur loyer retombe à 2900 fr. et la part payée en trop (6000 fr.) doit leur être rendue. Le jugement sera probablement combattu. Contacté, le bailleur n’a pas souhaité s’exprimer.

L’Association suisse des locataires (Asloca) fustige ces hausses de loyer spectaculaires. Le cas ci-dessus n’est d’ailleurs pas un record (lire ci-contre). «Les bailleurs essaient presque systématiquement de gonfler les prix, regrette Jacques-André Mayor, de la section vaudoise. Les conditions pour les contester sont pourtant souvent remplies. Mais, avec la pénurie actuelle, les gens osent moins», constate-t-il.

*Prénoms d’emprunt