Vaud/Valais

29 juillet 2018 13:42; Act: 29.07.2018 17:53 Print

Un été sous tension sur le Léman

par Frédéric Nejad Toulami - La CGN dénonce des attitudes risquées d’adeptes du lac toujours plus nombreux. Reportage.

Sur ce sujet
Une faute?

Capitaine à la Compagnie générale de navigation (CGN), Olivier Chenaux ne manque pas d’exemples de remarques d’individus pourtant en infraction: «Tu n’as pas assez de place pour passer à côté?!» «Et la priorité alors?» Ce marin d’eau douce qui affiche 40 ans de métier au compteur, pilotait vendredi passé le bateau à vapeur La Suisse, entre Lausanne et Saint-Gingolph (VS). Avec des haltes à Villeneuve, Chillon, Montreux et Vevey, au retour. A bord dès midi trente, sous une chaleur écrasante, nous profitons d’une traversée paisible pour interviewer Olivier Chenaux dans sa cabine de pilotage.

«Le lac s’est beaucoup démocratisé ces dernières années constate-t-il, avec notamment le succès du stand-up paddle. L’aspect loisir est sympa mais il s’accompagne d’un manque de connaissance, de prudence et de respect chez certains» déplore-t-il. Pas plus tard que ce matin, un pédalo trop près d’un débarcadère l’a empêché d’accoster, bien que le capitaine a sifflé pour avertir.

«J’ai dû manoeuvrer pour éviter cet inconscient, puis pour arriver à bon port», décrit-il. Non seulement certains ne respectent pas la priorité que la loi confère aux bateaux de transports, ainsi que l’interdiction de nager à moins de 100 m d’un débarcadère, mais ils semblent ne pas réaliser qu’un navire à vapeur est lent à la manoeuvre pour contourner ou s’arrêter. Tandis que le capitaine surveille nageurs et paddleurs à proximité de sa trajectoire, le timonier reconnaît un bateau à moteur qui a foncé sur eux quelques heures avant: «Le pilote nous a évités à la dernière minute et a pris une photo, explique-t-il. Sans réaliser que cela nous stresse car nous ne connaissons pas ses intentions. Nous devons désormais être constamment vigilants et anticiper afin d’éviter un accident.»