Tribunal de Lausanne

28 mars 2011 18:20; Act: 28.03.2011 18:47 Print

Un faux avocat arnaquait des sans-papiers

par Renaud Bournoud - Le prévenu s’est enrichi sur le dos de dizaine de personnes en situation illégale. Il leur faisait miroiter un permis contre de l’argent.

Une faute?

Le faux homme de loi a été défendu par un vrai avocat, commis d’office, lundi, pour le premier jour de son procès devant le tribunal correctionnel de Lausanne. La justice reproche à ce quinquagénaire originaire du Chili, d’avoir mis en place un juteux système en profitant de la situation précaire des sans-papiers.

30'000 francs par mois

L’accusé qui n’a aucune formation juridique, a promis à nombre de personnes en situation irrégulière de leur obtenir un permis humanitaire contre la somme forfaitaire de 2000 francs environ. Il se targuait d’avoir des relations à l’Office fédéral de la police. Un business qui aurait permis au prévenu d’amasser jusqu’à 30'000 francs. par mois.

Mais le 7 avril 2004, le Service de la population a découvert son manège et l’a dénoncé. Depuis, il y a déjà eu un procès dont le jugement a été cassé l’an dernier.

«Les témoins nous ont raconté qu’il se présentait comme un avocat. Et s’ils se rebiffaient, monsieur les menaçait de la dénoncer à la police», raconte à la barre un inspecteur.

Menaces physiques

Le quinquagénaire au physique imposant n’hésitait pas à séquestrer les documents d’identité de ses victimes pour les faire chanter. «Il apparaît que les gens avaient une peur physique de lui», continue le policier. Les forces de l’ordre ont entendu une trentaine de victimes. Mais la police parle de 800 à 1000 clients. «Il en avait en tout cas beaucoup plus que moi», rigole son avocat Me Lob. Ce dernier va essayer de démontrer que son client n’a pas profité de la détresse des sans-papiers.

L’audience se poursuit mardi.