Pully (VD)

03 septembre 2015 13:35; Act: 08.09.2015 09:47 Print

Un homme tire sur sa compagne en pleine nuit

Jeudi, peu avant 5h du matin, un Suisse de 28 ans a tiré sur sa concubine, âgée de 34 ans. Grièvement blessée à l'abdomen, elle a été emmenée à l'hôpital.

storybild

Une femme de 34 ans a été blessée par balle à son domicile de Pully. (Photo: 20 Minuten)

Une faute?

De nombreuses voitures de police, un camion des pompiers, deux véhicules médicaux: le réveil de certains habitants du chemin des Bluets à Pully a été quelque peu mouvementé, tôt jeudi matin. Vers 4h50, un Suisse de 28 ans venait de tirer sur sa compagne avec une arme à feu. Grièvement blessée à l'abdomen, elle a été évacuée de l'immeuble à l'aide de la nacelle d'un camion des pompiers.

La victime, une Suissesse âgée de 34 ans, a ensuite été conduite à l'hôpital. Son compagnon a été remis aux enquêteurs de la police de sûreté. Les enfants du couple sont repartis avec des membres de la famille.

«Les circonstances ne sont pas claires pour l'instant, précise Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise. Le rôle de l'homme n'est pas encore établi, mais c'est lui qui a appelé les secours.»

Dans le voisinage, il semblerait que l'on n'ait pas vu grand chose et rien entendu du tout. Une femme vivant dans l'immeuble d'à côté raconte qu'elle s'est aperçue de l'importante présence policière en se réveillant aux alentours de 6h, mais qu'elle n'a rien entendu plus tôt.

Les voisins de palier, un couple de retraités dont la porte se situe à deux mètres de celle du lieu du drame, ne sont pas beaucoup plus loquaces. «Nous avons su qu'il s'était passé quelque chose lorsque les inspecteurs ont sonné à notre porte, explique la femme. J'avais pris quelque chose pour dormir, alors je n'ai rien entendu.» Son mari enchaîne: «J'ai un sommeil de plomb. Vous savez, nous sommes vieux, nous sommes un peu sourds.» Le couple admet ne pas connaître les voisins de palier chez qui un drame s'est joué quelques heures auparavant.

La concierge de l'immeuble, rencontrée alors qu'elle faisait le point sur la situation chez une autre voisine, n'en sait pas beaucoup plus. «J'étais justement en train de regarder l'application «20 minutes» sur mon smartphone pour avoir des nouvelles de ce qui s'est passé pendant la nuit», s'exclame-t-elle. Peu avant 4h du matin, elle était sortie dans le jardin: «Il n'y avait pas un bruit, tout était tranquille.»

Un peu plus d'une heure plus tard, c'est le camion des pompiers qui tire la concierge de son sommeil. «Ensuite, je me suis retrouvée nez à nez avec la police.» Elle révèle que la famille vit à cette adresse depuis moins d'un an. «Ils sont là depuis novembre 2014, ce sont des gens très discrets. Ils ont un garçon, deux fillettes et un petit dernier. J'ai discuté quelques fois avec la femme, je crois que c'était une famille recomposée.» Et de rappeler encore une fois: «Vous savez, je n'ai rien entendu, alors que l'isolation sonore de l'immeuble n'est vraiment pas parfaite. D'habitude j'entends même les pas de mes voisins du dessus. J'ai juste vu les enfants repartir avec leur grand-père.»

(nxp)