Yverdon-les-Bains (VD)

31 juillet 2014 06:50; Act: 31.07.2014 06:50 Print

Un maçon jugé après trois jours de folie destructrice

par Christian Humbert - Le chômeur qui avait agressé des fonctionnaires en mars 2012 comparaissait au Tribunal correctionnel mardi 29 juillet.

storybild

Fou de rage, lindividu avait foncé a deux reprises contre la porte du bâtiment de l'administration à Yverdon. (Photo: DR)

Une faute?

Une voiture encastrée dans le bâtiment d’Yverdon abritant la police cantonale et les procureurs du Nord vaudois. C’était l’aboutissement de trois jours d’une folie destructrice d’un maçon portugais de 30 ans en mars 2012. Criblé de dettes à la suite d’une tentative ratée de se mettre à son compte, l’individu sans emploi s’était présenté à l’office des poursuites du Nord vaudois. Décompte de chômage en main, il promet alors de «fracasser» l’huissier-chef chargé de son dossier s’il n’obtient pas son argent le lendemain. Le maçon passe aux actes le matin suivant.

Il commence par appeler et insulter le fonctionnaire, puis annonce venir «tuer tout le monde». Sur place, il casse tout et gifle le chef trois fois, lui cassant ses lunettes. Intercepté par la police, l’excité se montre toujours violent. Le procureur ordonne son placement au centre psychiatrique. Après une nuit d’observation, il récupère sa voiture à sa sortie, roule à contresens et fonce contre la porte de l’immeuble du ministère public , avant de reculer pour recommencer avant d’y abandonner son véhicule.

A son procès mardi, ce père de famille a admis les faits en assurant avoir vérifié l’absence d’usagers derrière la porte défoncée. La procureure ne le croit pas. Une peine avec sursis est requise en tenant compte des 85 jours déjà passés en détention. Le fonctionnaire giflé a été défrayé de 3000 fr., dont 100 fr pour tort moral. Et l’accusé a dû rembourser les milliers de francs de dégâts commis à l’office des poursuites. Le verdict sera envoyé aux parties ces prochains jours..