Vaud

27 novembre 2019 07:13; Act: 27.11.2019 07:13 Print

Un magnétiseur accusé d’être un abuseur en série

par Christian Humbert - Un rebouteux est en détention préventive après pas moins de 19 plaintes de ses patientes. L’homme risque gros: il devra faire face à un tribunal criminel.

storybild

L'enquête a débuté en 2018 après une première plainte. (Photo: Azmanjaka)

Une faute?

«Je ne suis pas un prédateur sexuel»: s’il rêve de Normandie et clame son innocence, un magnétiseur, hypnotiseur et médium français de 65 ans doit se contenter depuis novembre 2018 des murs d’une prison vaudoise. Ses demandes de libération ont été rejetées, la dernière en octobre dernier.

Établi depuis vingt ans en Suisse avec une épouse qui continue de le soutenir, le sexagénaire n’est pas près de sortir de prison s’il est reconnu coupable. C’est en effet devant un tribunal criminel qu’il comparaîtra l’an prochain. Cet ancien gendarme français devra y répondre de viol, d’usure, de contrainte sexuelle, voire d’actes sexuels commis sur une personne incapable de résistance.

L’enquête a démarré en novembre 2018 avec la première plainte d’une «patiente» évoquant des attouchements. La dénonciation est d’autant plus prise au sérieux que deux autres femmes ont très vite parlé aux enquêteurs de faits similaires. En déroulant la pelote de la clientèle du magnétiseur, pas moins de 19 femmes l’ont accusé. Il n’est pas seulement question de caresses à la poitrine et au sexe mais aussi de faveurs sexuelles alors qu’elles se trouvaient dans un «état de faiblesse». Pour faire bon poids, le prévenu a réclamé des honoraires en «totale disproportion avec les prestations fournies».

Ces dernières années, plusieurs cas impliquant des masseurs pervers, parfois récidivistes, ont occupé la justice vaudoise.