Saint-Légier-La-Chiésaz (VD)

03 décembre 2019 11:33; Act: 03.12.2019 11:33 Print

Un squat bientôt évacué malgré l'accord du proprio

Un centre culturel alternatif inauguré en novembre devrait bientôt fermer. La commune ne veut pas accorder de permis d'habiter pour cause d'insalubrité.

storybild

(Photo: Espace 43)

Sur ce sujet
Une faute?

«Nous étions proches de la signature d'un contrat de confiance avec les propriétaires afin de pouvoir continuer nos réalisations dans ce ce lieu. Mais, volte-face, la commune ne veut pas accorder le droit d'habiter», écrit l'association Espace 43 mardi dans un communiqué.

Le centre a pour objectif la réalisation et l'exposition d'oeuvres artistiques. Il demande aux autorités politiques, en particulier à la commune de Saint-Légier- La Chiésaz, de reconsidérer le projet, de réévaluer la situation et de collaborer avec les propriétaires pour aboutir à une solution constructive. D'autant plus que l'un des propriétaires a affirmé à «24 heures» que la démarche des jeunes lui avait plu et qu'il voyait d'un bon œil l'occupation à fins culturelles de ces bâtiments vides depuis plusieurs années.

Droit d'habiter retiré

De son côté, la commune explique dans un communiqué publié lundi que la commission de salubrité a visité les lieux, «un bâtiment désaffecté situé entre Eben Hézer et l'Hôtel Modern Times. Les locaux occupés indûment par des squatters sont insalubres, inadaptés et nuisibles à la santé», écrit-elle.

Forte de ce rapport, la commune a décidé de retirer le droit d'habiter le 25 septembre dernier. Elle a informé le propriétaire qui n'a pas contesté la décision. Lors du Conseil communal du 4 novembre, la Municipalité a été interpellée, confirmant les nuisances et, par conséquent, des activités illégales.

Ces bâtiments se trouvent dans une zone intermédiaire, soit assimilés à la zone agricole, raison pour laquelle un projet est actuellement bloqué par le Service de l'aménagement du territoire, ajoute-t-elle. Or dans une telle zone, les activités envisagées telles qu'expositions, festival et autres sont illicites sauf en cas d'autorisation cantonale, ce qui n'est pas le cas en état.

(ats/ywe)