Fête des vignerons

26 mai 2019 09:52; Act: 26.05.2019 11:19 Print

Un théâtre à ciel ouvert aux origines mystérieuses

En prélude à l'édition 2019 de la Fête des vignerons, retour sur les dates et chiffres clés d'une célébration qui traverse les âges.

L'histoire de la Fête des vignerons est mystérieuse, mais une chose est sûre, elle est liée à celle de la Confrérie des vignerons.
Sur ce sujet
Une faute?

Environ cinq fois par siècle, Vevey accueille la Fête des vignerons. Un théâtre à ciel ouvert qui célèbre les traditions viticoles et le cycle de la nature. Retour en dates et chiffres sur une fête qui se tient cet été et dont l'origine se perd dans la nuit des temps.

L'histoire de la Fête des vignerons est mystérieuse, mais une chose est sûre, elle est liée à celle de la Confrérie des vignerons. Une association «d'origine très certainement médiévale qui regroupait des propriétaires de vignes voulant faire contrôler le bon travail de leurs cultures», explique traditions-vivantes.ch, site recensant le patrimoine culturel immatériel helvétique.

Au 17e siècle, la Confrérie des vignerons, appelée alors Abbaye de l'agriculture, organise chaque année un cortège à travers la bourgade de Vevey, sur les bords du Léman. Le défilé, qui attire de plus en plus de monde, se tient après l'assemblée générale durant laquelle le travail des vignerons-tâcherons est évalué.

Vers 1770, la Confrérie décide de mettre l'accent sur le perfectionnement de la viticulture et d'encourager ceux qui y consacrent leur temps. Les meilleurs vignerons-tâcherons sont alors primés. C'est cette cérémonie du couronnement qui transforme l'ancienne parade en Fête des vignerons, rapporte la Confrérie. Une cérémonie qui se tient cette année le 18 juillet, journée de la première représentation.

Première Fête

Date-clé: 1797 et première véritable Fête des vignerons. Le défilé est découpé en quatre saisons et on érige à Vevey une estrade de 2000 places sur la place du Marché. A titre de comparaison, l'arène de 2019 pourra accueillir jusqu'à 20'000 spectateurs.

Dès 1819, tous les thèmes sont en place à savoir la vie aux champs, sur les pâturages et dans les vignes, la glorification de la patrie, la mythologie gréco-latine et chrétienne, détaille le dictionnaire historique de la Suisse.

Cette même année, on introduit un moment-clé auquel le public est très attaché: le Ranz des vaches, fameux air armailli alors chanté en choeur. Deux représentations sont données et les 2000 places assises valent entre 1 et 3 francs.

En 1833, on double la mise: ce sont 4000 places assises qui sont mises à disposition et deux représentations. En 1851, on passe à 8000 places assises et trois représentations avant d'atteindre en 1865, 10'500 places avec trois représentations. Les gens se pressent pour assister au ballet des saisons, la bourgeoisie moyenne se déplace en nombre et certains regrettent une perte de proximité.

Premier solo

Au fil des ans, la manifestation évolue, prend de l'envergure, propose des nouveautés. L'année 1889 marque les esprits lorsque pour la première fois, un armailli chante en solo le Ranz des vaches au centre de l'arène. C'est la première fois également que la fête dégage un bénéfice.

Parmi les nouveautés de la cuvée 1905, notons que les femmes y sont accueillies sans restrictions. Un poète et homme de théâtre, René Morax, conçoit un scénario et bouleverse l'ordre des saisons en ouvrant le spectacle sur l'hiver.

C'est Gustave Doret qui en compose la partition, tout comme celle de 1927. On lui doit le fameux «Petit chevrier». «Je chante et souvent mon coeur me fait peine», entonne le jeune garçon.

Retour aux sources

La quatrième fête du XXe siècle, en 1977, retourne aux sources. Henri Debluë, le librettiste, reprend l'ordre des saisons du XIXe et débute par le printemps. Les auteurs mêlent mythologie et symboles chrétiens. D'un budget de 20,7 millions de francs, l'imposante manifestation boucle sur un bénéfice de 5 millions.

Vingt-deux ans plus tard, en 1999, la Fête des vignerons explose les compteurs: 16'000 places, 17 représentations, un budget de 54 millions et un bénéfice de plus de 4 millions. Le directeur artistique, François Rochaix, réinterprète librement la tradition héritée. Un nouveau personnage, Arlevin, le roi-tâcheron de la Fête, fait son apparition.

Pour cette édition 2019, qui se tient du 18 juillet au 11 août, ce sont vingt représentations qui sont annoncées. Le spectacle, conçu par Daniele Finzi Pasca, raconte l'histoire d'une année dans la vigne au travers d'un dialogue entre une fillette et son grand-père.

Quelque 5500 figurants sont à pied d'oeuvre pour une manifestation d'un budget de près de 100 millions.

(nxp/ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Veritas le 26.05.2019 12:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Rien de mystérieux

    Aucune origine mystérieuse, c'est la fête des nobles et bourgeois du cru aujourd'hui représentés par le PLR. Quand à la « tradition » elle est quasi morte à part dans le souvenir des anciens. Vu la taille de l'événement et la perte du sens originel, nous sommes plus près d'un Disneyland de la tradition que d'autre chose. De plus, la motivation de cette Fête n'est plus que l'argent à faire. Par contre, les roitelets du cru ont peut-être eu les yeux plus gros que le ventre.

  • ..... le 26.05.2019 12:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Honteux

    Oui la fête ce fait environ tout les 20 ans , je me rappelle que mon père me disait il faut que j'aille mais pas possible les billets sont trop cher à l'époque ils étaient à 50fr , et maintenant 200fr mais ils se fichent de qui, vous croyez que les familles de 4 personnes ont 1000 fr ( avec le repas) pour aller voir cette manifestation ?

  • L.d le 26.05.2019 12:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ridicule

    Que du pavanage de gonflés qui sont en tout cas pas ceux qui travail la terre et les vignes. Les vrais ne peuvent pas se pavaner 3 semaines là-bas comme eux

Les derniers commentaires

  • @Aristido S. M. le 11.06.2019 10:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En Portugal bonvins

    On fait pareil au Portugal avec aussi une association nationale et personne ne critique. Les 84 pouce bas sont certainement des étrangers qui se fiche de la Suisse.

  • Hihihihihi le 29.05.2019 12:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La barbe

    Les origines mystérieuses c'est faire du blé avec un défilé de vaches....

  • Vox Populi le 28.05.2019 13:39 Report dénoncer ce commentaire

    populi iocus

    Et pendant ce temps, on met en place des autorisations en vitesse pour exploiter des terrasses éphémères alors même que les établissements du coins ont des chutes de chiffres d'affaires relativement inquiétantes... Cette fête n'a hélas plus rien de "populaire". Elle a versé dans le bling consumériste, cher et avec le respect pour les entités locales équivalent au sérieux de la Municipalité... Les nuisances sonores, bien qu'attendues, sont étonnantes : répétition jusqu'à minuit qu'on peut écouter jusqu'au haut de la TdP. Un peu étonnant tout de même.

    • @Voix vrai peuple de Vevey le 11.06.2019 11:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Vox Populi

      Inquiétantes pour les Marseillais. Et pour ceux qui vivent du social. Avec cette aménagement tout bénéfice, plus 23%, merci aux ouvriers et touristes qui sont venus en famille voir l'avancement des travaux. Suffit de ne pas exagérer sur les prix.

  • Un veveysan le 27.05.2019 10:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Stop râler

    Toutes ces mauvaises langues qui critiquent cette fête... Pathétique. Je suis un pur veveysan et hormis d'inévitables contraintes liées à la circulation et aux parkings, la majorité des gens sont ravis d'accueillir cette fête. Et à tous ceux qui râlent à cause des nuisances sonores, déménager! Ça fera de la place. C'est tout les 20 ans alors arrêter vos jérémiades. Voyagez un peu et vous verrez que ce n'est pas seulement durant cette fête qu'on voit des ivrognes.

  • L.D le 27.05.2019 08:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pas d'artisan en Suisse?

    J'oubliais, d'où viennent les magnifiques costumes traditionnels.... d'italie... ben oui logique, il n'y a pas plus traditionnel que de les faire fabriquer en Italie.

    • @Azzura le 11.06.2019 11:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @L.D

      Je rigole avec votre commentaires. Costumes fabriqués en Suisse par des petites mains italiennes, polonaises, portugaises, ça change quoi. Il y a plus d'étrangers en Suisse que de suissesses. Vevey bat les records.