Lausanne

16 janvier 2019 21:21; Act: 16.01.2019 21:21 Print

Quinze vaches comme garantie d'un prêt sur gage

par Xavier Fernandez - Un éleveur de la Gruyère en mal de liquidités a choisi une solution pour le moins insolite pour se renflouer.

storybild

Un prêteur sur gage lausannois accepté des vaches comme garantie. (Photo: iStock/Dschaef)

Une faute?

«Je n'avais encore jamais eu une telle demande. Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai été surpris! D'habitude, c'est plutôt des bijoux ou des montres qu'on me propose.» Juan Caïdo, prêteur sur gage à Lausanne depuis 2014, vient d'accepter un marché inédit pour lui: un prêt de 15'000 francs à rembourser en dix mois, avec comme garantie... une quinzaine de vaches Holstein.

Ces dernières font partie d'un cheptel d'une soixantaine de têtes, appartenant à un agriculteur de la Gruyère. «J'ai agrandi ma ferme il y a deux ans. Du coup, je suis à court de fonds propres et j'ai déjà atteint la limite d'endettement autorisée par les banques. Mais, à cause de la sécheresse de l'été dernier, je devais acheter du fourrage», explique ce producteur laitier.

Pratique courante il y a 100 ans

Ainsi confronté à un manque de liquidités, le Fribourgeois a eu l'idée de faire appel à un prêteur sur gage en discutant avec son père. «Il s'est souvenu avoir entendu que, dans les temps anciens, c'était une pratique assez courante, puisqu'il n'y avait pas de banques à la campagne», partage-t-il. Et Juan Caïdo d'ajouter: «J'ai commencé par vérifier si c'était légal et j'ai découvert qu'il y avait effectivement une ancienne disposition dans la loi autorisant ce type de transactions.»

La grande différence avec ce qui se faisait il y a une centaine d'années, c'est que le Gruérien a pu conserver ses vaches dans son exploitation. «Avant, le paysan devait les amener dans une ferme communale, le temps de rembourser son prêt. Mais, vu que c'est mon gagne-pain, ça n'aurait pas eu de sens de me les prendre», détaille l'agriculteur. Au final, les seules contraintes pour lui, c'est qu'il ne peut pas vendre les vaches choisies par Juan Caïdo. Et, si l'une d'elles venait à décéder, il devra la remplacer.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • A Tous Les Agriculteurs le 16.01.2019 21:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vous êtes nos anges gardiens

    J'ai une pensée émue pour tous nos agriculteurs qui font un travail colossal 24h/24 et qui touchent à peine le minimum vital. MERCI de nous donner tous les jours à manger et MERCI pour ces beaux paysages que vous taillez de par votre dure labeur. Le peuple suisse vit grâce à vous !!

  • fille par adoption le 16.01.2019 22:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    à la campagne

    j espère qu il se sortira de cet emprûnt avec toutes ses vaches. Pourquoi n'y a t il pas un prêt fédèral ou une organisation comme c'est le cas pour une hypothèque avec l'aide fédérale (qui pratique des taux progressifs...) de tout coeur avec ce gruyèrien.

  • Jpc le 16.01.2019 22:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que font nos banques

    C'est triste de la part de nos banquiers qui ne prêtent qu'au riche Courage à ce paysan

Les derniers commentaires

  • gbf le 17.01.2019 15:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    comme quoi....

    Quand on pense aux polémiques qu'il y a avec les officines de prêts personnels, qui ne font pas leur travail de contrôle, favorisant l'endettement des emprunteurs, dans ce cas il y a des garanties bien réelles. C'est réjouissante nouvelle nous montres que nos ancêtres avait du bon sens. En plus ol n'étaient que anti spécistes.

  • Quidam le 17.01.2019 12:04 Report dénoncer ce commentaire

    Insolite?

    Rien de nouveau! L'Ordonnance sur l'engagement du bétail du 30 octobre 1917 règle la constitution de droits de gages sur le bétail. Problème: plus personne - ou presque -ne connaìt la façon de traiter ces affaires aujourd'hui. Les compétences et le sens du service se perdent, malheureusement...

    • Cléric le 17.01.2019 12:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Quidam

      Merci de nous éclairer, je pense que très peu de personnes connaissent cette réglementation.

  • Le paysan gruerien le 17.01.2019 10:32 Report dénoncer ce commentaire

    Cagnotte

    Pour répondre à certains qui veulent organiser une quelconque aide ou cagnotte à mon égard il est exclu que j'accepte une telle démarche... mon initiative est celle d'un entrepreneur qui a trouvé un autre moyen que d'être obligé de devoir passer, pour ne pas dire ramper, devant les banques... Alors merci et bravo à l'équipe Valorum de l'avoir compris !

  • pupuce le 17.01.2019 09:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    gage

    On pourrait pas mettre en gage certains conseillers communaux de Lausanne pour aider cet agriculteur !

    • Givre le 17.01.2019 13:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @pupuce

      Il y en a pas assez..

  • Abdel le 17.01.2019 09:27 Report dénoncer ce commentaire

    agriculteur

    j espère que les agriculteurs bénéficient du maximum de subvention , ils font un sacré travail, mais sachez heureusement en dépit du problème financier. leur contact avec la nature et la pureté de l air qu ils respirent leur garantie une très bonne santé et une vie agréable ,joyeuse et heureuse