Monde agricole

11 avril 2019 15:21; Act: 11.04.2019 15:31 Print

Vaud: 10 millions pour la filière du lait

L'exécutif vaudois propose, dans un rapport publié jeudi, sept mesures destinées principalement à soutenir les producteurs de lait d'industrie.

storybild

Les difficultés de la filière du lait: diminution du prix du lait, besoins en main-d'oeuvre, contraintes de la traite. (Photo: Keystone/Illustration)

Une faute?

Le Conseil d'Etat vaudois déboursera 10 millions de francs sur cinq ans pour soutenir la filière du lait. Il veut ainsi donner des perspectives aux producteurs et permettre aux fermes laitières «de passer un cap difficile».

Dans un rapport publié jeudi et qui répond à un postulat, le Conseil d'Etat revient sur les difficultés du secteur: diminution du prix du lait, besoins en main-d'oeuvre, contraintes de la traite.

Disparition d'exploitations

Depuis 2000, plus de la moitié des exploitations cantonales ont disparu, soit davantage que la moyenne suisse, apprend-on. En parallèle, les exploitations vaudoises sont en moyenne passées de 30 hectares et 21,5 vaches laitières en 2002 à 40 hectares et 32,3 vaches en 2016.

Dans ce «paquet lait», l'exécutif propose sept mesures destinées principalement à soutenir les producteurs de lait d'industrie. Il veut, par exemple, améliorer la transparence de ce marché, augmenter l'autonomie fourragère pour permettre une différenciation de la production vaudoise et soutenir l'investissement à fonds perdus pour les nouvelles fermes laitières et la conversion au lait de non-ensilage.

Pas de demandes supplémentaires au budget

Il souhaite aussi cofinancer des mesures visant à l'ouverture de nouveaux marchés, encourager la sélection du bétail sur des critères de durabilité, renforcer la vulgarisation dans la production laitière et mettre en place une formation de gestionnaire de troupeau.

Par le biais de ce plan, le Conseil d'Etat veut permettre aux producteurs d'obtenir une plus-value non négligeable. Il dit aussi aussi chercher à réduire les coûts de structure.

S'inscrivant dans le cadre des moyens à disposition du département concerné, ces mesures n'engendreront pas de demandes supplémentaires au budget. Le gouvernement précise par ailleurs que cette intervention est «conçue de manière subsidiaire».

(nxp/ats)