Energie

07 février 2011 15:09; Act: 07.02.2011 15:26 Print

Vent d'oppositions sur les éoliennes

Près de 1700 personnes, de Sainte-Croix et d'ailleurs, se sont regroupées pour signer une opposition commune.

storybild

Une éolienne à Collonges près de Martigny dans le canton du Valais. (Photo: Keystone)

Une faute?

La mise à l'enquête du parc éolien de Sainte-Croix (VD) a suscité de nombreuses réactions. Une votation populaire pourrait se tenir le 15 mai prochain.

Le délai pour manifester son mécontentement était fixé ce lundi. «Nous avons reçu une petite dizaine d'oppositions et d'observations mais d'autres peuvent encore arriver par poste d'ici jeudi», a expliqué le secrétaire municipal Michel Staffoni.

Olivier Lador, qui est depuis plus de dix ans le fer de lance des opposants au parc éolien, a mandaté un avocat pour envoyer une opposition groupée signée par près 1700 personnes. «Sur ce nombre, près de 680 sont des gens de Sainte-Croix, les autres proviennent de toute la Suisse», a-t-il précisé à l'ATS.

Bruit et infrasons

Les opposants ne veulent pas de la construction de sept éoliennes à la Gittaz et au Mont-des-Cerfs. «Ces énormes machines, de 140 mètres de haut, font un bruit considérable et émettent des infrasons: les implanter à 500 mètres de l'hôpital et à 300 mètres des premières maisons, c'est inadmissible», tonne M. Lador.

Le président de l'Association pour la sauvegarde des Gittaz et du Mont-des-Cerfs refuse qu'on s'attaque à un «paysage non transformé depuis des siècles, sans ligne à haute tension, ni téléski. C'est un paysage de détente pour la population de Ste-Croix».

Manque de planification

Pro Natura s'apprête aussi à faire opposition, «principalement pour une question de manque de planification cantonale», a expliqué Michel Bongard, secrétaire exécutif. «Nous sommes favorables au développement des énergies renouvelables mais le canton doit définir précisément où seront installées ces éoliennes».

Toute crête venteuse du Jura ne doit pas forcément accueillir un tel parc. Car oiseaux et chauve-souris en pâtiront lourdement.

Habitants divisés

A Sainte-Croix, les habitants sont partagés. «Mais ce n'est pas la guerre des tranchées», estime Michel Staffoni. La municipalité unanime soutient le projet au nom de la recherche d'énergies renouvelables. «Elle a fait une pesée d'intérêts et estimé qu'il y avait plus d'avantages que de désavantages».

Le Conseil communal est convoqué le 21 février en séance extraordinaire pour dire s'il soutient ou non le parc éolien. S'il dit oui, le projet sera soumis au référendum spontané. Les Sainte-Croix donneront leur avis dans les urnes, probablement le 15 mai.

Mais ce vote ne sera pas forcément décisif: partisans et opposants resteront libres d'en appeler aux tribunaux. «Si un non sort des urnes, la municipalité ne délivrera pas le permis de construire. Mais Romande Energie, qui pilote le projet, pourra recourir», selon le secrétaire municipal.

Jusqu'au bout

Les opposants annoncent qu'ils iront «jusqu'au bout, jusqu'à Strasbourg s'il le faut», lance Olivier Lador. «Après le référendum de 1999, où le parc avait été rejeté à plus de 60% des voix, revenir avec ce projet, c'est bafouer la volonté populaire».

(ats)