Vaud

24 mai 2019 06:44; Act: 24.05.2019 06:44 Print

De victimes, ils passent à suspects du cambriolage

L'appartement de deux gays a été cambriolé et vandalisé en mars. Ils sont suspectés d'avoir voulu enfumer la justice et escroquer l'assurance.

storybild

Un vol au caractère apparemment homophobe avait eu lieu en mars dans un appartement de la région morgienne. Mais les enquêteurs de la police vaudoise suspectent les victimes présumées, un couple gay, d'avoir tout manigancé afin de toucher l'argent de l'assurance.

Sur ce sujet
Une faute?

Des objets éparpillés au sol, un appartement dévasté par un ou des visiteurs inconnus, des inscriptions nauséabondes à caractère homophobe, des bijoux et de l’argent volés... C’est dans cet état désastreux que deux gays avaient retrouvé leur appartement, situé dans la région de Morges, à leur retour de vacances en mars dernier.

Dégâts différents selon les photos

Mais l’affaire vient de connaître un tournant. Selon nos renseignements, les enquêteurs ont constaté des différences au niveau des dégâts en comparant les photos prises par la police après le vol et celles de l’assurance, qui montrent davantage de dégâts. Cueillis par les agents près de leur domicile le 14 mai, les plaignants ont appris leur nouveau statut: désormais, ils sont suspectés d’avoir tout orchestré pour recevoir une centaine de milliers de francs de dédommagements.

«Mes clients sont des victimes»

Les deux hommes risquent gros, car une procédure les visant a été ouverte pour tentative d’escroquerie et induction de la justice en erreur. Le procureur Xavier Christe n’a pas souhaité faire de commentaire. Quant à Albert Habib, avocat des deux hommes, il estime que l’enquête n’est pas sur la bonne piste. Pour lui, tout est orienté autour du «biais de confirmation». À l’en croire, les enquêteurs se fondent sur des idées préconçues et des éléments réunis de manière biaisée. «Mes clients sont des victimes. Psychologiquement, ils ont été très touchés par ce cambriolage. Là, ils sont encore plus atteints à cause de ces suspicions», s’est indigné Me Albert Habib.

(apn)