Trélex (VD)

24 janvier 2020 13:51; Act: 24.01.2020 14:04 Print

Yves Ravenel quitte sa fonction de syndic

Après avoir quitté la présidence du Grand Conseil il y a deux semaines, l'UDC vaudois abandonne aussi la syndicature de sa commune de Trélex.

Yves Ravenel avait annoncé le 13 janvier qu'il démissionnait avec effet immédiat de ses fonctions de président et député du Grand Conseil vaudois.
Sur ce sujet
Une faute?

A peine deux semaines après avoir démissionné du Grand Conseil vaudois et de sa présidence, l'UDC Yves Ravenel quitte également sa fonction de syndic de la commune de Trélex (VD). Le vice-syndic du village, Cédric Marzer, a confirmé à l'agence Keystone-ATS une information de 24 heures.

«Je quitte mon poste de syndic avec effet immédiat», a annoncé Yves Ravenel vendredi sur le site du quotidien vaudois. Le politicien est dans la tourmente depuis la révélation d'une condamnation pour menaces sur son épouse. «J'ai pris une semaine de réflexion et après 30 ans de politique, c'est bon, je tourne la page», explique-t-il. «Je vais me consacrer à ma santé, à mes proches et à ma vie de tous les jours», ajoute-il encore.

«Nous regrettons cette décision même si c'est un scénario qui restait possible dans cette situation inédite. C'est abrupt. Nous sommes sous le choc», confie M. Marzer. «Nous aurons une séance de la Municipalité lundi pour discuter des détails. Mais le collège municipal fonctionne bien et assure l'intérim», assure-t-il.

Déferlante médiatique

Yves Ravenel avait annoncé le lundi 13 janvier qu'il démissionnait avec effet immédiat de ses fonctions de président et député du Grand Conseil vaudois. Il était sous le feu des médias depuis la révélation au début du mois de sa condamnation, l'été dernier, pour menaces qualifiées et tentative de menaces qualifiées sur son épouse. Une condamnation à laquelle il avait d'abord fait opposition, avant de l'accepter.

L'ex-premier citoyen du canton avait dénoncé une «déferlante médiatique» sur sa vie privée et reconnu que «la confiance et la sérénité requises pour représenter les Vaudoises et les Vaudoise ne sont plus rassemblées».

(nxp/ats)