Coup de coeur

15 janvier 2020 06:47; Act: 15.01.2020 06:47 Print

«1917»: Immersion totale en enfer

par Marine Guillain - Sam Mendes réalise un tour de force avec «1917», plongée dans l’horreur vécue par deux soldats sous forme de long plan-séquence.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est une mission quasi suicidaire. Que Tom Blake (Dean-Charles Chapman, connu notamment pour son rôle de Tommen Baratheon dans «Game of Thrones») et Will Schofield (George MacKay, vu dans «Captain Fantastic») acceptent (presque) sans hésiter.

Sur demande de leur général, les deux soldats britanniques vont tenter de traverser le territoire ennemi pour aller donner l'ordre à un bataillon allié d'annuler une attaque prévue à l'aube. Le message livré permettrait de sauver quelque 1600 hommes –dont le frère de Tom– qui s'apprêtent à tomber droit dans un piège des Allemands. Blake et Schofield ont une dizaine de kilomètres à parcourir, et juste quelques heures devant eux.

Avec ce scénario original, Sam Mendes («Jarhead», les James Bond «Skyfall» et «007 Spectre») rend hommage à son grand-père. Meilleur film de guerre qu'il nous a été donné de voir au 21e siècle avec «Dunkerque» de Christopher Nolan, «1917» est une immersion spectaculaire dans le chaos et l'horreur de la Première Guerre mondiale. L'œuvre à 100 petits millions de dollars subjugue avec ses plans à couper le souffle. La caméra embarquée filme l'action tant et si bien qu'elle provoque des sueurs froides durant ces deux heures, qui s'écoulent en temps quasi réel, sous la forme d'un long plan-séquence.

Quelle claque que ce cinéma créatif qui prend aux tripes et qui réussit tant ses images, sa bande son, ses cadrages que son histoire! Un spectacle unique, déjà récompensé par deux Golden Globes (Meilleur film dramatique et Meilleure réalisation) et dix nominations aux Oscars.