Festival de Locarno

11 août 2019 16:36; Act: 11.08.2019 17:15 Print

«Heureusement que j'ai été virée de Beverly Hills»

par Filippo Zanoli / mag - Après avoir reçu un prix d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, Hilary Swank a répondu aux questions de nos collègues tessinois.

storybild

L'héroïne de «Million Dollar Baby» a reçu un Léopard d'honneur au Festival de Locarno. (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux fois oscarisée pour ses prestations dans «Boys Don't Cry» et «Million Dollar Baby», la comédienne Hilary Swank est revenue sur ses premiers pas dans le cinéma et a parlé de sa vision du métier aujourd'hui.

Au début de votre carrière vous avez joué dans «Beverly Hills» et maintenant un remake est en discussion...

Oui, et personne ne m'a appelée pour le tourner, dois-je m'inquiéter? (rires) Blague à part, je suis arrivée sur la fin, j'avais un contrat pour deux ans mais un jour la direction m'a appelée pour me dire «ça ne fonctionne pas, vous êtes out». Je me suis sentie hyper mal. Peu après on m'a proposé «Boys Don't Cry». Heureusement que j'avais été virée sinon je n'aurai pas pu accepter!

«Boys Con't Cry» est aujourd'hui un film iconique, mais lorsqu'on vous l'a proposé? Le sentiez-vous?

Sincèrement je savais que ce serait quelque chose de fort, mais je n'avais pas idée à quel point. Ce film a ouvert un débat sur la transsexualité et il est arrivé pile au bon moment. Pour moi ça n'a pas été facile, j'ai ressenti beaucoup de pression, c'était une histoire vraie et tragique et il fallait lui rendre justice. Je sentais aussi l'importance de représenter la communauté trans.

Vous interprétez souvent des personnages combattants n'est-ce pas?

Disons que depuis petite, on m'a raconté des histoires de personnes fortes, qui se battaient pour obtenir ce qu'elles voulaient. Dans ces rôles j'ai trouvé à la fois une part de moi et à la fois une part de ce qui me manquait.

Parlez-nous de votre travail avec Clint Eastwood dans «Million Dollar Baby»?

Quand je l'ai rencontré la première fois il m'a regardée et m'a dit: «Et bien, il va falloir commencer à prendre du poids». Je l'ai fait et j'ai pris 29 kg de muscles! Clint est comme son cinéma: simple, direct mais profond. Quand j'ai travaillé avec lui et Morgan Freeman je savais que ce serait une des choses les plus grandes que je ferais dans ma vie.

C'était comment lorsque vous avez reçu votre premier Oscar?

Un acteur ne travaille pas pour gagner un Oscar, mais quand c'est arrivé c'était une immense joie. J'ai surtout commencé à recevoir des tas de propositions de travail et j'ai pu commencer à me poser la question «Ok, maintenant, qu'est-ce que tu veux faire?».

Comment choisissez-vous un film aujourd'hui?

Il y a vingt ans j'aurais accepté de faire tout ce que l'on me proposait. Aujourd'hui je sélectionne, aussi parce que je veux dédier davantage de temps à ma famille. J'ai appris à renoncer sans me sentir trop coupable. Actuellement j'ai tendance à choisir des films plutôt légers, car les films dramatiques te coûtent beaucoup, ils prennent toujours une partie de ton âme. A part ça, chaque nouveau projet me rend nerveuse. Une fois j'ai parlé avec Meryl Streep et même elle, m'a dit ressentir du stress à chaque fois qu'elle arrive sur un plateau!

Un conseil pour les aspirants acteurs?

C'est un métier extrêmement difficile et compétitif. Alors il faut étudier le plus possible, apprendre les langues, les accents, la danse, le chant et ne jamais s'arrêter. Chaque chose que l'on connaît ou que l'on sait faire est une arme.

Et encore une question «locale»: étiez-vous déjà venue en Suisse?

Voyager est l'une de mes plus grandes passions et je suis venue en Suisse l'an passé en lune de miel. Il y a tant de beauté et tant d'histoire, je dois dire que c'est l'un de mes pays préférés!