Berlinale 2019

19 février 2019 13:15; Act: 19.02.2019 13:15 Print

«Ils veulent des voitures, de l'argent et des femmes»

par Marine Guillain - Francesco Di Napoli est la révélation de «La paranza dei bambini», Prix du meilleur scénario au Festival. Rencontre.

Francesco Di Napoli joue Nicola, un ado de 15 ans qui sombre dans la guerre des mafias. Découvrez son interview en vidéo.
Sur ce sujet
Une faute?

Il a seulement 17 ans. Le bien-nommé Napolitain a été repéré lors d'un casting de rue. Il a failli ne pas participer au film de Claudio Giovannesi, coscénarisé avec l'écrivain Roberto Saviano («Gomorra»), car il n'y croyait pas.

Le film raconte la perte de l'innocence d'un groupe de gosses, catapultés dans le système du crime organisé. Cela existe-t-il encore aujourd'hui?

Oui, ces gangs officient dans toute la ville de Naples. Je les connais parce que je les regarde, je les observais déjà avant le tournage pour voir comment ils se comportaient.

N'y a-t-il pas d'alternative, d'autres possibilités pour ces jeunes?

Ils pensent qu'ils n'ont pas d'alternatives, que la criminalité est la seule voie qui s’offre à eux, mais c'est faux. Pour eux, ce pistolet ouvre toutes les portes. Ils veulent de l'argent, des voitures, des femmes. La mentalité est ainsi dans mon quartier. Ceux qui vont travailler passent pour des gens stupides.

Que pensez-vous du choix qu'a fait Roberto Saviano, de dénoncer la mafia à travers ses livres?

Certains choisissent la voie de la criminalité, d'autres choisissent d'en parler. Saviano a décidé de dénoncer la mafia, il n'est pas le seule à le faire mais c'est lui qui a la plus grande voix. C'est un choix de vie.

Qu'est-ce qui a été le plus difficile pour vous pendant le tournage?

C'est la scène où je pleure devant le miroir après mon premier homicide. Ça me semblait impossible de pleurer pour de faux. Quand j'y suis arrivé, j'ai ressenti un moment de joie, je ne savais pas que j'en étais capable!

Comment avez-vous rejoint le casting?

Avant le film j'étais pâtissier. Tout est arrivé par hasard. Il y a eu un casting de rue, ils sont venus dans mon quartier et m'ont proposé de rejoindre l'équipe. Je leur ai dit qu'ils étaient fous!

Vraiment?

Bien sûr! Moi aussi je viens de ces quartiers, je pensais qu'il n’existait pas d'opportunité. Du coup, le premier jour de casting, je n'y suis pas allé. Ils sont revenus me chercher...

Et maintenant, après cette aventure, quel est votre rêve?

Mon rêve, c'est ça. Être acteur. J'aimerais vraiment continuer et essayer de faire du cinéma en italien, de ne pas rester cantonné au napolitain. Si ça ne fonctionne pas, j'ai toujours un plan B: être pâtissier!