Matt Damon

12 novembre 2019 16:45; Act: 13.11.2019 08:48 Print

«Je suis un papy au volant»

par Henry Arnaud, Hollywood - Matt Damon incarne le légendaire designer automobile Carroll Shelby dans «Le Mans 66». Rencontre.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est lui qui a créé la Ford GT40, bolide qui a remporté la course des 24 heures du Mans en 1966. Matt Damon incarne avec brio Carroll Shelby, ce visionnaire qui, avec le pilote Ken Miles (Christian Bale) et l'écurie Ford, a mené un long combat pour contrer la suprématie de Ferrari.

Carroll Shelby était connu pour son charisme et sa capacité à vendre des voitures à n'importe qui. Est-ce pour ça que le réalisateur James Mangold a pensé à vous?

Tous les acteurs se doivent d'avoir un minimum de charisme pour passer à l'écran, non? (Rires.) Non, je ne suis pas comme Shelby, qui était un extraverti. Je suis plutôt réservé. Mais, étant aussi producteur, je peux être un bon vendeur pour mes projets.

La scène où vous vous battez contre Christian Bale semble plus comique que sérieuse...

C'est voulu. Nos personnages s'aiment comme deux frères. Il nous a fallu une journée pour tourner cette scène, car Christian et moi avons eu du mal à ne pas rigoler. Le défi était de se battre, mais sans vraiment vouloir se faire mal, comme une chamaillerie. Un technicien a même lancé: «Je n'arrive pas à croire que c'est Batman et Jason Bourne qui se battent ainsi.» (Rires.)

Comment avez-vous créé cette complicité avec lui, indispensable à la réussite du film?

Je connais Christian depuis plus de vingt ans. Il a une méthode bien à lui pour rester dans la peau du personnage. Pour «Le Mans 66», il parlait constamment avec la voix de Ken Miles et il gardait sa démarche, ses attitudes. Le plus incroyable avec lui c'est son approche physique: je l'ai vu fondre de 30 kilos en quelques semaines. Quand je lui ai demandé quel était son secret, Bale m'a dit: «Facile, j'arrête de manger». Ce gars a la discipline d'un moine dans sa carrière!

Quelle a été votre préparation pour les scènes de course?

Au risque de décevoir, tout ça c'est la magie du cinéma. La voiture est attachée à un autre véhicule et on se contente de faire semblant.

Êtes-vous fan de vitesse au volant?

Au volant, je suis un papy! Je n'ai jamais recherché le danger et c'est encore pire depuis que je suis père de famille. Vous ne me verrez jamais dépasser la vitesse sur une autoroute par exemple. Enfant, je n'étais pas passionné par les voitures, mais par les motos: j'utilisais mon vélo comme si c'en était une!