Interviews

11 juillet 2018 11:33; Act: 11.07.2018 12:03 Print

«La caméra fait partie de la chorégraphie»

par Marine Guillain, Paris - Pour la sortie du film «Break», nous avons rencontré Sabrina Ouazani, Slimane, Kevin Mischel et Marc Fouchard.

Les acteurs et le réalisateur de «Break» se sont prêtés à un petit jeu de questions-réponses, où il fallait répondre le plus vite possible. Dans l'ordre à la première question: Sabrina Ouazani, Slimane, Marc Fouchard et Kevin Mischel.
Sur ce sujet
Une faute?

Voix grave, rire communicatif, Sabrina Ouazani s'assied en tailleur sur le canapé. A côté, son complice Marc Fouchard, qui signe son premier long métrage.

Pourquoi avoir choisi l'univers de la banlieue pour tourner ce film sur la danse?

Marc Fouchard: Sabrina et moi y avons grandi et je voulais la filmer comme on la connaît nous, c'est-à-dire apaisée. Les jeunes, on a une envie forte de tout péter. Il y a une énorme force créative. Dès qu'on nous donne des outils, comme le hip-hop, on s'en empare et on veut être les meilleurs.

Sabrina Ouazani: On est autre chose que ce qu'on voit dans certains médias. Le côté noir, avec des voitures qui crament, non. «Break» montre l'espoir, ce qu'est la banlieue réellement!

Sabrina, dans «Break» comme dans «Taxi 5» ou «L'outsider», vos personnages ne se laissent pas faire. Etes-vous comme ça?

S.: Totalement! J'ai du caractère, je ne suis pas du genre à me laisser faire. Lucie, mon personnage, est plus fragile et plus réservée que moi.

M.: Nous avons tourné à La Courneuve et Sabrina devait faire croire qu'elle découvrait les lieux alors que c'est chez elle! Elle arrivait d'un pas super à l'aise, il a fallu qu'elle perde cette assurance!

S.: C'est vrai, j'ai dû tout déconstruire pour construire une nouvelle personne!

Marc, vous filmez la danse d'une manière très personnelle et intense…

M.: Je ne voulais pas qu'elle soit déconnectée de l'intrigue, comme dans les autres films. Elle devait faire avancer l'histoire. La caméra fait partie de la chorégraphie, c'est un danseur parmi les danseurs.

Comme pour la scène d'ouverture?

M.: Oui! La caméra est le troisième danseur de ce ballet aérien. La scène du battle est plus organique. La première fois que j'en ai vu un, j'ai eu un gros kif! Le but était de donner cette sensation aux spectateurs.

Lorsqu'ils répondent à nos questions, Sabrina Ouazani et Marc Fouchard rigolent un peu, beaucoup, énormément... La preuve dans cette vidéo:

Premier rôle qui marque pour Slimane

Dans «Break», le gagnant de «The Voice» 5 joue Malik, le meilleur ami de Vincent, en fauteuil roulant depuis un accident. «Mon premier rôle devait être impactant, confie Slimane. Je ne voulais pas tomber dans la facilité, et ce rôle ­complexe m'a permis de comprendre le travail d'acteur.» S'habi­tuer à être en fauteuil roulant a aussi fait prendre conscience à ­l'artiste de 28 ans de ce que représentait le handicap au quotidien: «Tout devenait compliqué quand j'étais dans mon fauteuil. Je ne pouvais pas prendre un verre d'eau seul, aller aux toilettes ou prendre un taxi. La société n'est vraiment pas adaptée pour ça.»