Salles de cinéma

25 mars 2020 07:18; Act: 25.03.2020 09:05 Print

«Nous allons rouvrir encore mieux équipés»

par Catherine Magnin - Coronavirus oblige, les salles de cinéma sont fermées jusqu'à nouvel avis. Mais leurs exploitants n'ont pas disparu! La preuve au Ciné 17 et Cinerama Empire.

storybild

(Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Ciné 17 et Cinerama Empire: 2 cinémas emblématiques à écran unique au centre-ville de Genève. 81 et 327 fauteuils, 100'000 spectateurs annuels. Et actuellement 13 collaborateurs impactés par la fermeture décidée par les autorités.

Des marques de soutien des politiques, Didier Zuchuat, administrateur président, n'en a reçues «aucune, ce qui est compréhensible. Mais un plein soutien des spectateurs qui fréquentent régulièrement les cinémas et aussi des organes faîtiers de la branche et du pourvoyeur en publicités, qui s'organisent pour que l'Office fédéral de la Culture n'oublie pas nos cinémas.»

Tous les écrans sont bons

Didier Zuchuat ne craint pas que les spectateurs perdent l'habitude de se rendre dans une salle obscure. «Rien ne peut remplacer la découverte avec d'autres spectateurs d'un film projeté au bon format sur le grand écran et dans l'environnement sonore pour lequel il a été pensé et réalisé».

Mais le bonhomme, qui a travaillé 25 ans dans la distribution de vidéogrammes et propose de la VOD sur la page web du Ciné 17 et du Cinerama Empire, ajoute: «Consommer des images sous toutes les formes variées que l'on connaît (télévision, séries, Net, smart, images virtuelles, jeux, etc.) et sur tous les types d'écrans favorise la progression de l'image animée et sonore dans le public comme le premier et le plus populaire des divertissements proposés dans notre société de consommation.»

En avant!

À la question de savoir combien de temps il pense «tenir» dans ces circonstances, Didier Zuchuat reste philosophe. «La gestion de salles de cinéma implique des hauts et des bas (films ayant plus ou moins de succès, conditions saisonnières et météorologiques) donc l'habitude est prise de faire avec ces aléas, on fait le dos rond en attendant la reprise et les futurs films porteurs...» Et faire le dos rond, c'est aller de l'avant. «Nous sommes en phase de développement avec le projet de 6 nouvelles salles à Confédération Centre en cours de réalisation, avec une ouverture prévue au printemps 2021.»

Des journées bien occupées

Alors, son temps, il le passe à «rattraper des retards, faire de l'administration, procéder à de grands nettoyages… Au Ciné 17, nous préparons le remplacement du projecteur et du serveur pour un modèle de dernière génération. Au Cinerama, nous allons remplacer les 279 fauteuils d'orchestre (investissement de l'ordre de 250'000 fr.). Donc nous allons rouvrir encore mieux et équipés et plus confortables qu'avant la crise.»

Fin 2018, les spectateurs faisaient la queue devant le Cinerama Empire pour voir «Roma», d'Alfonso Cuarón. Une scène qu'on se réjouit de revoir.

Et son hobby à lui? «Je m'occupe de beaux bateaux sur le Léman et notamment du chantier de réhabilitation du bateau-salon «Rhône III» lancé en 1927 et mis en service en 1928. J'écris aussi la préface et les légendes d'un nouveau livre à paraître sur la flotte CGN vue par un photographe vaudois.»

Pour tromper l'attente...

... il suggère aux cinéphiles bloqués chez eux de (re)lire «Écrire par l'image», un recueil d'entretiens avec des opérateurs dont le regretté Pierre Lhomme qui a photographié des films signés par Melville, Bresson, Eustache, Duras, Ivory, Chéreau…