Delon reçoit la Palme d'honneur

19 mai 2019 22:05; Act: 20.05.2019 11:47 Print

«Il y a longtemps que je n'ai pas autant chialé»

L'acteur français reçoit ce soir sa première récompense au festival de Cannes. Sa fille Anouchka lui a remis la Palme d'or.

Voir le diaporama en grand »
Le film «Parasite» du Sud-Coréen Bong Joon-ho a remporté la Palme d'or samedi au festival de Cannes. (Samedi 25 mai 2019) Le Grand Prix du 72e Festival de Cannes a été décerné à la Franco-Sénégalaise Mati Diop pour «Atlantique». (Samedi 25 mai 2019) L'acteur espagnol Antonio Banderas a décroché samedi soir le prix d'interprétation masculine pour sa performance dans «Douleur et Gloire». (Samedi 25 mai 2019) L'actrice anglo-américaine Emily Beecham a décroché le prix d'interprétation féminine pour sa performance dans «Little Joe». (Samedi 25 mai 2019) Le réalisateur français Ladj Ly a reçu un Prix du jury pour son film «Les misérables». (Samedi 25 mai 2019) L'ouverture de la cérémonie de clôture du 72e Festival de Cannes. (Samedi 25 mai 2019) L'actrice française Catherine Deneuve présente sur la Croisette pour la projection du film «The Specials». (Samedi 25 mai 2019) L'acteur espagnol Antonio Banderas et sa partenaire Nicole Kimpel lors de la première du film «The Specials». (Samedi 25 mai 2019) Le palmarès du Festival de Cannes sera dévoilé samedi à partir de 19h15 lors de la cérémonie de clôture. (Samedi 25 mai 2019) L'acteur américain Chris Tucker, à droite, et son fils Destin Christopher Tucker arrivent pour la projection du film «Homage to Sylvester Stallone - Rambo : First Blood». (Vendredi 24 mai 2019) L'acteur américain Sylvester Stallone, et sa fille Sistine Rose, arrive pour le film en son hommage: «Homage to Sylvester Stallone - Rambo : First Blood» sur le tapis rouge. (Vendredi 24 mai 2019) La Queer Palm 2019 a été décernée vendredi soir au long métrage «Portrait de la jeune fille en feu» de Céline Sciamma, qui raconte avec pudeur une histoire d'amour interdite entre deux femmes aux destins opposés, dans un XVIIIe siècle corseté. (24 mai 2019) Les invitées arrivent pour la projection du film «Sibyl». (Cannes, 24 mai 2019) De gauche à droite Paul Hamy, Niels Schneider, Virginie Efira, Justine Triet, Adele Exarchopoulos, Gaspard Ulliel, Laure Calamy et Arthur Harari.(Cannes, 24 mai 2019) Virginie Efira et Justine Triet.(Cannes, 24 mai 2019) Arthur Harari, Laure Calamy, Justine Triet, Virginie Efira, Niels Schneider, Adele Exarchopoulos, Gaspard Ulliel et Paul Hamy.(Cannes, 24 mai 2019) Virginie Efira, Justine Triet, Adele Exarchopoulos et Gaspard Ulliel.(Cannes, 24 mai 2019) Bruno Delbonnel (2è à gauche), escorté par la danceuse Aurélie Dupont (à gauche), l'acteur Christoph Waltz (au centre), Severine Serrano (2e à droite) et Stacy Martin.(Cannes, 24 mai 2019) La mannequin suédoise Elsa Hosk.(Cannes, 24 mai 2019) La mannequin américaine et actrice Olivia Culpo.(Cannes, 24 mai 2019) Raoni Metuktire (au centre)et le réalisateur belge Jean Pierre Dutilleux (2e gauche). (Cannes, 24 mai 2019) L'actrice canadienne Pamela Anderson. (Cannes, 23 mai 2019) L'actrice américaine Eva Longoria. (Cannes, 23 mai 2019) L'actrice française Corinne Touzet. (Cannes, 23 mai 2019) Abdellatif Kechiche a secoué le Festival de Cannes jeudi avec «Mektoub My Love: Intermezzo», une expérience de 3h28 radicale jusqu'à l'overdose, dont les trois quarts se déroulent en boîte de nuit. (23 mai 2019) L'équipe du film «Le traître» sur le tapis rouge. (Jeudi 23 mai 2019) En racontant l'histoire du premier grand repenti de la mafia sicilienne dans «Le traître», présenté jeudi en compétition à Cannes, Marco Bellocchio livre un film remarquable. (Jeudi 23 mai 2019) Des stars, du glamour et des millions pour la lutte contre le sida: Antonio Banderas, Eva Longoria, Adrien Brody, encore Mariah Carey ont rejoint jeudi soir au Cap d'Antibes le gala de l'amfAR, en marge du Festival de Cannes. (23 mai 2019) Une femme qui devait transporter des bijoux d'une valeur de quelque 3,9 millions pour Rita Ora a oublié la valise dans un avion. Heureusement, les bijoux ont pu être retrouvés. (Jeudi 23 mai 2019) «Une fille facile» de Rebecca Zlotowski, qui met en scène l'ex-escort girl Zahia Dehar pour ses débuts au cinéma, et «Alice et le maire» de Nicolas Pariser ont été primés jeudi à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes. (Jeudi 23 mai 2019) Zahia est une ex-escort girl qui avait accédé à la notoriété à l'occasion du scandale impliquant des joueurs de l'équipe de France qui avaient eu recours à ses services alors qu'elle était mineure. (Jeudi 23 mai 2019) Les Français Lea Seydoux, Roschdy Zem et Sara Forestier arrivent pour la projection de «Oh Mercy ! (Roubaix, une Lumiere)». (Jeudi 23 mai 2019) L'acteur américain Brad Pitt pose lors du photocall du film de Quentin Tarantino «Once Upon a Time... in Hollywood». (Jeudi 23 mai 2019) Le réalisateur québécois Xavier Dolan venu présenter son film «Matthias and Maxime». (Mercredi 22 mai 2019) L'acteur américain Leonardo DiCaprio sur le tapis rouge pour la projection du film «Ice on Fire». (Mercredi 22 mai 2019) L'actrice française Léa Seydoux à la première du film «Oh Mercy !». (Mercredi 22 mai 2019) Le modèle russe Natasha Poly sur le tapis rouge pour la première du film «Oh Mercy !». (Mercredi 22 mai 2019) Le top brésilien Fernanda Liz. (Mercredi 22 mai 2019) «Nous sommes de la même génération, nous avons commencé notre carrière à la même époque (...) Ça a été très facile de travailler avec Brad. J'espère que nous avons pu tisser des liens cinématographiques extrêmement étroits», a déclaré Leonardo DiCaprio. (Cannes, 22 mai 2019) Toute l'équipe du film «Parasite», du Sud-Coréen Bong Joon-ho, sur le tapis rouge. (21 mai 2019) Le Sud-Coréen Bong Joon-ho (à gauche) revient à Cannes avec «Parasite», un drame familial magistral mâtiné de thriller, qui met en scène la violence des inégalités sociales. (21 mai 2019) L'actrice britannique Tilda Swinton à la première du film «Parasite». (21 mai 2019) De gauche à droite Leonardo DiCaprio, Quentin Tarantino, Daniela Pick, David Heyman, Shannon McIntosh, Margot Robbie et Brad Pitt ce 21 mai 2019. De gauche à droite Leonardo DiCaprio, Quentin Tarantino, la chanteuse israélienne Daniella Pick et le réalisateur David Heyman ce 21 mai 2019. L'actrice australienne Margot Robbie ce 21 mai 2019. De gauche à droite Brad Pitt, Leonardo DiCaprio, Quentin Tarantino et l'Australienne Margot Robbie, ce 21 mai 2019. De gauche à droite Margot Robbie, Quentin Tarantino, Leonardo DiCaprio et Brad Pitt, ce 21 mai 2019. Radieuse, l'actrice française Isabelle Huppert est venue assister à la projection de «Frankie» au Palais des Festivals. (Lundi 20 mai 2019) L'acteur américain Willem Dafoe et son compatriote, le réalisateur Abel Ferrara, avant la projection du film «Tommaso». (Lundi 20 mai 2019) Marion Cotillard est venue elle aussi assister à la projection du film «La Belle Epoque». (Lundi 20 mai 2019) L'actrice française Isabelle Adjani a fait son apparition sur la Croisette. (Lundi 20 mai 2019) L'actrice française Fanny Ardant. (Lundi 20 mai 2019) Doria Tillier, Nicolas Bedos, Daniel Auteuil et Fanny Ardant sur le tapis rouge avant la projection du film «La Belle Epoque». (Lundi 20 mai 2019) Alain Delon a reçu la Palme d'or d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. (Dimanche 19 mai 2019) C'est sa fille Anouchka Delon qui lui a remis l'honneur. (Dimanche 19 mai 2019) Un moment très émouvant entre Alain Delon et sa fille Anouchka. (Dimanche 19 mai 2019) Emu, l'acteur a essuyé une larme devant le monde cinématographique français. (Dimanche 19 mai 2019) Bien que nominé plusieurs fois Alain Delon n'avait jamais été récompensé à Cannes auparavant. Christophe Honore, Benjamin Biolay, Chiara Mastroianni, Camille Cottin et Vincent Lacoste pour «Chambre 212». (Dimanche 19 mai 2019) Le comédien Gad Elmaleh (Dimanche 19 mai 2019) Le tatouage d'une invitée avant la séance de « A hidden life». (Dimanche 19 mai 2019) Nabilla Benattia et son mari Thomas Vergara sur le tapis rouge pour la séance de «A Hidden Life». (Dimanche 19 mai 2019) Benedicte Couvreur, Noemie Merlant, Celine Sciamma, Valeria Golino, Luana Bajrami et Adele Haenel pour «Portrait De La Jeune Fille En Feu». (Dimanche 19 mai 2019) L'actrice américaine Andie MacDowell (gauche) et l'actrice anglaise Helen Mirren arrivent avant la projection de «Les Plus Belles Annees D'Une Vie». (Dimanche 19 mai 2019) La pluie a fait son apparition sur la Croisette samedi. (Dimanche 19 mai 2019) L'actrice italienne Monica Bellucci. (Dimanche 19 mai 2019) Anthony Vaccarello, Clara 3000, Beatrice Dalle, French model et Charlotte Gainsbourg, avant la projection de «Lux Aeterna». (Dimanche 19 mai 2019) Le vert est la couleur de la défense de l'avortement. (Samedi 18 mai 2019) Les marches du Festival ont tourné à la manifestation samedi. (Samedi 18 mai 2019) Au centre, l'Argentin Juan Solanas (C) pose avec l'équipe du film «Que Sea Ley», qui défend le droit à l'avortement et sera présenté samedi. (Samedi 18 mai 2019) De gauche à droite: Asier Etxeandia, Penelope Cruz, Pedro Almodovar et Antonio Banderas. (Cannes, 17 mai 2019) Penelope Cruz. (Cannes, 17 mai 2019) De gauche à droite: Pedro Almodovar, Antonio Banderas et Micole Kimpel. Ils viennent pour la projection du film «Dolor Y Gloria». (Cannes, 17 mai 2019) L'acteur espagnol Antonio Banderas. (Cannes, 17 mai 2019) L'actrice indienne Deepika Padukone. (Cannes, 17 mai 2019) Le DJ français Kiddy Smile. (Cannes, 17 mai 2019) Le top amércain Bella Hadid. (Cannes, 17 mai 2019) Jean-Michel Jarre et l'actrice chinoise Gong Li. (Cannes, 17 mai 2019) Elton John a fait son arrivée sur la Croisette jeudi pour la promotion du film «Rocketman». L'actrice américaine Amber Heard. (Cannes, 15 mai 2019) Cannes, 15 mai 2019. Tina Kunakey. (Cannes, 15 mai 2019) Julianne Moore. (Cannes, 15 mai 2019) Jamel Debbouze. (Cannes, 15 mai 2019) Carla Bruni. (Cannes, 15 mai 2019) Carla Bruni. (Cannes, 15 mai 2019) Le cinéaste français Ladj Ly présente son premier long métrage «Les Misérables», en compétition à Cannes. Il en a profité pour lancer un coup de gueule sur la situation des banlieues en France. (15 mai 2019) Alejandro Gonzalez Inarritu, président du jury. (Cannes, 15 mai 2019) Cannes, 15 mai 2019. Caroline Scheufele et Julianne Moore. (Cannes, 15 mai 2019) Gong Li. (Cannes, 15 mai 2019) L'actrice Nadine Labaki. (Cannes, 15 mai 2019) L'acteur américain Bill Murray. (Cannes, 15 mai 2019) Jim Jarmusch. (Cannes, 15 mai 2019) André Dussollier. (mardi 14 mai 2019) Macha Meril. (mardi 14 mai 2019) Estelle Lefebure. (mardi 14 mai 2019) La réalisatrice libanaise et président du jury «Un Certain Regard» Nadine Labaki. (mardi 14 mai 2019) Farhana Bodi. (mardi 14 mai 2019) Eva Longoria. (mardi 14 mai 2019) TOPSHOT - French actress Frederique Bel arrives for the screening of the film 'The Dead Don't Die' during the 72nd edition of the Cannes Film Festival in Cannes, southern France, on May 14, 2019. (Photo by Alberto PIZZOLI / AFP) L'actrice américaine et membre du jury Festival de Cannes Elle Fanning. (mardi 14 mai 2019) Eva Longoria. (mardi 14 mai 2019) Les acteurs français Sabine Azema et André Dussollier. (mardi 14 mai 2019) Le ministre français de la Culture Franck Riester, le réalisateur Rosalie Varda et l'acteur français Mathieu Demy. (mardi 14 mai 2019) Une invitée gravit les marches du 72e festival de Cannes. (mardi 14 mai 2019) Le président du jury Alejandro Gonzalez Inarritu. (mardi 14 mai 2019) Selena Gomez. (mardi 14 mai 2019) Chloe Sevigny et Selena Gomez pour «The Dead Don't Die». (mardi 14 mai 2019) Alessandra Ambrosio pour la première du film «The Dead Don't Die». (mardi 14 mai 2019) Les membres du jury Robin Campillo, Pawel Pawlikowski, Yorgos Lanthimos, Alice Rohrwacher, Enki Bilal, Maimouna N'Diaye, Kelly Reichardt, Alejandro Gonzalez Inarritu, et Elle Fanning. (mardi 14 mai 2019) Alessandra Ambrosio. (mardi 14 mai 2019) Elle Fanning, Pawel Pawlikowski, Robin Campillo et Alice Rohrwacher. (mardi 14 mai 2019) Stars, glamour et zombies: le festival international du film de Cannes démarre ce mardi 14 mai 2019. (mardi 14 mai 2019) Cette 72e édition doit accueillir une myriade de célébrités. (Cannes, 14 mai 2019) Le défilé de stars commence dès mardi soir, avec «The Dead don't die» de Jim Jarmusch, un habitué de la Croisette. (Cannes, 14 mai 2019) Alain Delon doit recevoir une palme d'honneur. Sa venue a suscité la controverse en raison notamment de propos «racistes, homophobes et misogynes», selon les termes de l'association Women and Hollywood, prononcés dans le passé par l'acteur mythique du «Guépard» et dénoncés dans une pétition. (14 mai 2019)

Sur ce sujet
Une faute?

En larmes, le monstre sacré du cinéma Alain Delon a reçu dimanche une Palme d'or d'honneur au Festival de Cannes pour l'ensemble de sa carrière. L'acteur est distingué malgré des protestations d'associations féministes.

«Il y a longtemps que je n'ai pas autant chialé», a avoué l'acteur de 83 ans, le visage rougi, en recevant cette récompense des mains de sa fille Anouchka, sous un tonnerre d'applaudissements.

Dans une salle comble, en présence notamment du ministre de Culture Franck Riester, du président du Festival Pierre Lescure et de son délégué général Thierry Frémaux, le public avait été invité à porter un badge avec le mot «star», rappelant celui que l'acteur avait porté au Festival en 2007.

Adieux

«Ce soir c'est un peu un hommage posthume, mais de mon vivant», a réagi l'acteur. «Je vais partir, mais je ne partirai pas sans vous remercier». «Si je suis une star, et c'est pour ça que je veux vous remercier, c'est au public que je le dois et à personne d'autre», a-t-il ajouté, soulignant qu'il pensait aussi à deux des femmes de sa vie, les actrices Mireille Darc et Romy Schneider.

Auparavant, l'icône du cinéma français des années 60 et 70 avait foulé le tapis rouge de Cannes au son notamment de la musique du «Clan des Siciliens» d'Henri Verneuil. Portant au revers de sa veste un badge représentant la couverture du magazine Paris Match de la naissance de sa fille, il avait longuement salué la foule et signé quelques autographes.

Cette journée d'hommage avait commencé en fin de matinée par une masterclass au cours de laquelle il avait évoqué pendant près d'une heure et demie ses souvenirs de cinéma.

Il en avait profité pour rendre hommage aux femmes qui lui ont permis de devenir acteur. «Ce sont les femmes qui m'ont aimé, qui m'ont fait faire ce métier, qui ont voulu que je le fasse et qui se sont battues pour que je le fasse», a lancé celui qui a tourné avec Visconti, Melville ou Antonioni.

Delon en masterclass

C'est par une masterclass devant une salle comble que le monstre sacré du cinéma a commencé sa journée.

«Ils ne sont pas nombreux... Il n'y a que ça ? Je vais pas rester longtemps alors», a-t-il lancé en désignant le public de sa masterclass, dans l'une des provocations dont il est coutumier.

Mais, après une longue ovation et de nombreuses photos, l'icône du cinéma français des décennies 1960 et 1970 s'est lancée pendant près d'une heure et demie dans une évocation de ses souvenirs de cinéma, de sa première venue à Cannes en 1956 jusqu'à «Monsieur Klein» de Joseph Losey en 1976, sélectionné en compétition à Cannes mais reparti bredouille.

L'acteur de 83 ans en a profité notamment pour rendre hommage aux femmes qui lui ont permis de devenir acteur, à commencer par l'actrice française Brigitte Auber, qui l'a amené pour la première fois à Cannes. «Je n'étais rien», dit-il.

«Si je n'avais pas rencontré les femmes que j'ai rencontrées, il y a très longtemps que je serais mort. Ce sont les femmes qui m'ont aimé, qui m'ont fait faire ce métier, qui ont voulu que je le fasse et qui se sont battues pour que je le fasse», a lancé celui qui a tourné avec Visconti, Melville ou Antonioni.

Polémique sexiste

Ces déclarations sont intervenues alors que sa Palme d'honneur a déclenché une polémique avant même le début du Festival. Des féministes ont reproché à l'acteur d'être «raciste, homophobe et misogyne», selon les termes de l'association américaine Women and Hollywood, s'appuyant sur des propos qu'il a tenus par le passé.

Une pétition, qui a recueilli plus de 25'000 signatures, a demandé à Cannes de «ne pas l'honorer». Dans Le Journal du dimanche, l'acteur a reproché à ses détracteurs d'avoir «inventé des déclarations».

«Je ne suis pas contre le mariage gay, je m'en fous : les gens font ce qu'ils veulent. Mais je suis contre l'adoption par deux personnes du même sexe (...) J'ai dit que j'avais giflé une femme ? Oui. Et j'aurais dû ajouter que j'ai plus reçu de baffes que je n'en ai données. Dans ma vie, je n'ai jamais harcelé une femme».

«On a voulu me coller l'étiquette extrême droite parce que j'ai raconté que j'étais copain avec (Jean-Marie) Le Pen depuis l'armée. Non, je suis de droite, point», a-t-il encore dit.

Dénonçant une «police politique», le délégué général Thierry Frémaux avait également défendu l'acteur : «Alain Delon a le droit de penser ce qu'il pense».

- «plus jamais les marches» -

S'il a accepté de recevoir cette Palme d'honneur, Alain Delon a cependant toujours entretenu des relations mouvementées avec le Festival de Cannes. Il était venu pour la dernière fois sur la Croisette en 2013 pour la projection d'une copie restaurée de «Plein Soleil» de René Clément, après avoir présenté en 2010 une version restaurée du «Guépard».

Mais avant cela, le comédien au caractère ombrageux avait boudé pendant dix ans le festival, vexé de ne pas avoir été invité aux célébrations du 50e anniversaire en 1997. C'est pourtant à Cannes qu'Alain Delon a mis un premier pied dans le cinéma. Il montera ensuite pour la première fois les marches en 1961 pour «Quelle joie de vivre» de René Clément puis pour «L'Eclipse» de Michelangelo Antonioni en 1962, Prix du jury, et «Le Guépard» de Luchino Visconti, Palme d'or 1963.

Mais en 1976, «Monsieur Klein» de Joseph Losey est froidement accueilli, provoquant l'agacement de l'acteur. Cette première fâcherie s'amplifiera en 1984, quand «Notre histoire» de Bertrand Blier, dans lequel il joue, n'est pas sélectionné.

Il faudra attendre la présence en compétition de «Nouvelle vague» de Jean-Luc Godard, en 1990, pour qu'il fasse un retour à Cannes en fanfare, avant de revenir en 1992 pour «Le Retour de Casanova» d'Edouard Niermans. Mais cette nouvelle idylle ne sera que de courte durée, l'acteur déclarant même en 2006 qu'il ne montera «plus jamais les marches».

Les retrouvailles seront pourtant célébrées en 2007, pour le 60e Festival. «Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis !», avait-il commenté alors.

(nxp/afp)