Berlinale 2019

11 février 2019 07:03; Act: 11.02.2019 07:03 Print

«Ils feraient mieux de se terrer dans un coin!»

par Marine Guillain, Berlin - Swann Arlaud joue la victime d'un prêtre pédophile dans le dernier film de François Ozon, «Grâce à Dieu».

L'interview en vidéo de l'acteur français césarisé.
Sur ce sujet
Une faute?

Ce n'est pas encore un habitué des rôles principaux, Swann Arlaud. Cela ne l'a pas empêché de se faire un nom. L'an passé, il a raflé le César du meilleur acteur pour sa prestation douce et subtile dans l'excellent «Petit paysan». A Berlin, le comédien de 37 ans est venu présenter «Grâce à Dieu», dont la sortie est prévue le 20 février. Ce long métrage de François Ozon relate avec puissance l'émouvant combat de victimes du prêtre pédophile Preynat. Abusés alors qu'ils étaient jeunes scouts à Lyon, plusieurs hommes se retrouvent des années plus tard et fondent l'association de la Parole libérée, afin que la vérité éclate au grand jour et que justice soit faite.

«Grâce à Dieu» a été présenté à la Berlinale alors que l'avocat du père Preynat a demandé à ce que la sortie du film soit repoussée jusqu'à après le procès, qui doit se tenir fin 2019 (lire ici).

Swann Arlaud, craignez-vous que la sortie du film soit retardée, depuis que l'avocat du prêtre Preynat l'a exigé?
A priori il n'y aura pas de problèmes, puisque l'écriture du scénario a été suivie par des avocats. On est sur la question de l'utilité publique. Tout ce qui est dit sur le cardinal, le prêtre et les faits sont des choses qui sont déjà sorties publiquement, donc le film ne révèle rien.

Alors qu'espère la défense de Preynat?
L'avocat a évoqué la présomption d’innocence, mais c'est contradictoire, puisque Preynat a toujours avoué les faits et plaidé coupable. Je les trouve bien mal inspirés d'essayer d'empêcher la sortie du film, ils feraient mieux de se terrer dans un coin...

Au regard de votre filmographie, vous choisissez souvent des films ou des personnages qui ont quelque chose à dire. Est-ce important pour vous qu'un métrage dépasse le rôle de simple divertissement?
Je fais des films quand je suis touché par le scénario, et quand il est question d'engagement, ça me prend. Mais ça ne m'empêcherait pas de faire un pur film de divertissement si ça m'éclate. Je n'ai pas l'impression de faire de la politique quand je fais du cinéma. Par contre, si le cinéma en fait, alors tant mieux!

En recevant votre César l'an passé, vous avez dit que petit, vous ne saviez pas si acteur était un métier. Aujourd'hui, est-ce que c'en est un?
C'est difficile à dire. La partie tournage ne ressemble vraiment pas à du travail pour moi, tellement j'aime ça. Avant le tournage, pour décortiquer le scénario, apprendre les dialogues et emmagasiner des informations, c'est un peu plus du travail, même si c'est passionnant. Et après le film, toute la promotion, là c'est vraiment une contrainte.

C'est ça le pire côté du métier alors?
Oui! C'est vrai que c'est important, pour faire exister le film, mais j'avoue que c'est la chose à laquelle je m'attendais le moins, et qui s'éloigne le plus du «métier» d'acteur, du fait de jouer!

Davantage d'infos dans l'interview vidéo de Swann Arlaud ci-dessus. Quant à la bande-annonce, c'est par ici: