«Palerme»

08 juillet 2014 17:07; Act: 08.07.2014 16:08 Print

Journée de folie au fond d’une ruelle de Sicile

par Catherine Magnin - Avec son tout premier long métrage, la scénariste, réalisatrice et comédienne italienne Emma Dante frappe plutôt fort.

Une faute?

Palerme, un jour d’été. Il fait chaud, il y a de l’électricité dans l’air. Clara et Rosa se disputent dans leur Fiat en se rendant à un mariage. Samira, elle, conduit la voiture où se sont entassés les membres braillards de sa famille. Les deux véhicules s’engouffrent chacun à un bout d’une même ruelle, se retrouvent nez à nez. Et aucune conductrice n’entend reculer d’un mètre.

Commence un face-à-face de têtes de biques. On se toise, on se provoque. On ameute les voisins. On en vient aux mains. On surenchérit. On y passe la journée, la nuit...

Au carrefour entre cinéma et exercice de style théâtral, drame et comédie, tendresse, férocité et absurdité, «Palerme» peine parfois à main­tenir la tension sur toute sa ­durée. Il ne scotche pas moins le spectateur dans son fauteuil jusqu’à la scène finale, magistrale.