Neuchâtel

13 juillet 2019 21:27; Act: 13.07.2019 21:44 Print

Le NIFFF récompense un film irlandais

La 19e édition du Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) s'est achevée samedi sur une affluence record de 48'000 entrées (44'000 en 2018).

storybild

Photo d'illustration. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le prix du meilleur film est allé à la production irlandaise «Extra Ordinary». Pendant neuf jours, un public diversifié composé de cinéphiles et de professionnels passionnés ont investi les salles obscures de Neuchâtel. Le NIFFF «confirme sa position d'événement majeur du paysage cinématographique helvétique mais aussi international et connaît une croissance pérenne à l'aube de son jubilé en 2020», ont indiqué les organisateurs.

Comédie supernaturelle

Le jury a distingué deux oeuvres qui font la part belle à la comédie fantastique. «Extra Ordinary» des réalisateurs irlandais Mike Ahern et Enda Loughman remporte le Narcisse H.R. Giger, doté de 10'000 francs. Portée par la star du Saturday Night Live, Will Forte, cette comédie supernaturelle s'est distinguée grâce à son humour, qui la positionne déjà comme un titre culte. L'oeuvre remporte également le Prix du public.

Le jury international a par ailleurs récompensé l'hystérie créative «Jesus shows you the way to the highway» de l'Espagnol Miguel Llansó avec le prix du Best Production Design, doté de 5000 francs. Ce film remporte également le Prix «Imaging the Future», lui aussi doté de 5000 francs, qui récompense le meilleur «production design».

Méliès d'argent

Le Méliès d'argent du meilleur long métrage fantastique européen est allé à «Abou Leila» (Algérie/France/Qatar), réalisé par Amin Sidi-Boumédiène. Le film «Swallow» (Etats-Unis/France) de l'Américain Carlo Mirabella-Davis a remporté le Prix de la critique internationale.

Le Franco-Suisse Basile Vuillemin a brillé avec son film Dispersion. Il empoche le Narcisse du meilleur court-métrage suisse, doté de 10'000 francs. Enfin, Le Prix du meilleur film asiatique est allé à «The Fable» du Japonais Kan Eguchi.

Au total, le NIFFF a présenté plus de 150 films au sein de quinze sections issus de 51 pays différents. Vingt-et-une oeuvres ont été projetées en première mondiale et 51 en première suisse. S'y sont ajoutées 41 conférences et rencontres publiques avec des artistes.

(nxp/ats)