Cinéma: les suites d'«Avatar»

25 mars 2011 10:04; Act: 25.03.2011 10:29 Print

Les acteurs vont s'immerger en Amazonie

«Je veux amener mes acteurs ici, en Amazonie, pour pouvoir mieux raconter l'histoire», a déclaré le réalisateur James Cameron lors de son passage au Brésil.

storybild

James Cameron (à g.) était accompagné d'Arnold Schwarzenegger lors de son voyage au Brésil. (Photo: Keystone)

Une faute?

Les acteurs des deux suites d'«Avatar» viendront s'immerger dans la jungle amazonienne auprès des indigènes du Brésil avant d'entamer le tournage dans environ un an, a annoncé jeudi le réalisateur canadien de la fresque écologique au succès mondial, James Cameron. Le réalisateur a rejoint depuis plus d'un an les opposants à la construction d'un barrage géant en Amazonie.

Venu assister à un forum sur le développement durable à Manaus (nord-est du Brésil), il a précisé qu'il voulait commencer à tourner dans un an deux suites à sa fresque en 3D dans laquelle des indigènes défendent au prix de leur vie leur planète contre les assauts d'une entreprise minière sans scrupules.

Les acteurs n'ont pas encore été choisis mais certains protagonistes du premier opus devraient être retenus.

L'essentiel sera tourné en studio

Les films seront tournés artificiellement en studio, comme le premier épisode, mais l'idée de James Cameron est que les comédiens s'imprègnent des conditions de vie dans la jungle et des coutumes des indigènes pendant leur séjour en Amazonie.

Lui-même affirme avoir beaucoup appris sur ces sujets depuis qu'il est venu visiter le bassin du fleuve Xingu, dans l'état amazonien de Para, où les autorités brésiliennes viennent de lancer la construction du troisième barrage électrique au monde, celui de Belo Monte, malgré l'opposition des indigènes et des écologistes.

Ces derniers jugent que le projet n'est «pas économiquement viable» et provoquera le déplacement de 16.000 personnes en raison de l'inondation d'une zone de 500 kilomètres sur les berges du Xingu. Le gouvernement assure qu'aucune terre indigène n'est menacée et qu'il a dépensé des millions de dollars pour réduire l'impact social et écologique du barrage.

(afp)