Tessin

11 août 2018 22:12; Act: 13.08.2018 16:24 Print

Les femmes, l'amour et la sexualité

par Marine Guillain, Locarno - La jeunesse et les personnages féminins sont au centre de nombreux films sélectionnés à Locarno. Tour d'horizon.

storybild

«Likemeback» montre les vacances insoucientes et futiles de trois adolescentes. (Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

Trois jeunes filles s'amusent sur un bateau en Croatie. Une montagnarde découvre l'amour au nord du Liban. Un couple s'essaie à une relation libre à Montréal, une ado suisse rêve de vivre une histoire d'amour avec son frère et une Hongroise aux cheveux rouges tombe enceinte.

Les personnages féminins, particulièrement les adolescentes, étaient au coeur de nombreux films montrés à Locarno. Ce qui a permis au Festival de révéler ou de confirmer de jeunes actrices pleines de talent. Zsofia Körös par exemple, une Zurichoise de 19 ans, offre une première performance bluffante dans «Glaubenberg» de Thomas Imbach. Elle y joue une fille amoureuse de son frère:

Il y a aussi la jeune Michelle Wehbe, qui interprète Yara dans le film du même nom. Si le réalisateur Abbas Fahdel se complait dans ses plans de coupe - certes sublimes paysages montagneux du nord du Liban, mais trop répétitifs - il saisit surtout la naissance d'un amour, peut-être le plus pur et le plus touchant de toute la compétition.

«Likemeback» est-il une ode à la futilité et à la superficialité, ou une critique des réseaux sociaux? Sur un voilier qui longe la côte de la Coratie, trois copines passent leur temps à se prendre en selfie et à poster tout ce qu'elles font sur internet. Et quand une vidéo peu glorieuse est postée sur le net, c'est le drame. Pour dresser le portrait de cette jeunesse bien pauvre, Leonardo Guerra Seragnoli aurait mieux fait de se contenter d'un court métrage.

La 71e édition du Festival de Locarno n'a pas été insensible au charme de Noée Abita. Après avoir été révélée à Cannes l'an passé avec le film «Ava», la Française de 19 ans est venue au Tessin pour présenter le magnifique «Genèse», du Canadien Philippe Lesage:

Un doc suisse sur la sexualité féminine fait salles combles

Salles combles, standing-ovation: le documentaire «#Female Pleasure» a séduit les foules. «Je suis venu 45 minutes avant et je n'ai pas pu entrer, a râlé un spectateur déçu, bloqué en bas des escaliers d'une salle où une projection supplémentaire avait été programmée. C'est la troisième fois que j'essaie de voir ce film sans succès.»

Le doc de la Suissesse Barbara Miller traite de la question du contrôle de la sexualité féminine et des violences qui en découlent. Il sortira en salles le 15 novembre.

«On ne peut pas raconter dix ans en deux heures»

Ca y est, on a vu «La Flor»! Enfin, un peu moins de 6 des 14 heures de ce long métrage de l'Argentin Mariano Llinas, personnage d'une créativité et d'un humour sans borne. Parmi les six épisodes très distincts les uns des autres, cinq mettent en scène les quatre mêmes actrices, dans des rôles différents.

«L'idée, à travers tous ces labyrinthes plein de références, était de faire un portrait de ces femmes, raconte le réalisateur. Ça nous a pris dix ans, et on ne peut pas raconter dix ans en deux heures.»

On s'étonne, on se questionne, on rit devant «La Flor». Parfois on ne comprend pas. Mais surtout, on en conclut que c'est une oeuvre magnifique, qui ne ressemble à rien de ce qui existe déjà.

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pascal le 11.08.2018 23:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Progressisme forcé et cinéma

    Woah, c'est tellement progressiste ! À part ça, je pense que vous avez aussi remarqué, le cinéma hollywoodien est devenu encore plus ridicule ces dernières années avec une véritable obsession à donner des rôles masculins aux personnages féminins et ce à l'excès ! Comme s'il s'agissait de nous habituer à une inversion des rôles. Vous n'avez rien demandé ? On vous le sert quand même et jusqu'à l'indigestion.

  • traduction le 12.08.2018 00:44 Report dénoncer ce commentaire

    bonne cuvée

    dépravation, adultère et inceste. Pas mal, ça fait envie.

  • Raoul le 12.08.2018 00:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cest fait

    Le fond... on a touché le fond...

Les derniers commentaires

  • Je suis un philosophe le 13.08.2018 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Sissi Licone

    L' enfer des femmes, c'est la vieillesse...

  • Ami fidèle le 12.08.2018 14:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    femmes et l'argent , mon Dieu

    ma femme , je veux , je veux , j'aimerais , j'aimerais . pour finir , je lui ai dit , j'aimerais et je veux que tu partes , et trouve toi chaussures à ton pied . Aujourd'hui , elle n'a toujours pas trouvé et moi je revis.

  • Un Passant Qui Repasse le 12.08.2018 13:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La fin dun siècle le début dune catastrophe

    Je pars vomir et je vous rejoins pour un prochain episode.

  • Jérôme seydoux le 12.08.2018 12:11 Report dénoncer ce commentaire

    Virilité

    Et encore une fois , La Liberté des femmes fait peur aux hommes , pathétiques mâles .

    • Félix le 13.08.2018 00:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jérôme seydoux

      Adultère, incestes, dépravation se sont les libertés recherchés par les femmes? mon Dieu mon Dieu. Un bon stimulant pour des adolescentes en crise hormonales ce cinéma. Vive La Liberté e vive lIncestes. Arrêtez avec ces phrases belles mais nulles en même temps.

  • Felix le 12.08.2018 11:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cinéma / Influence / Argent

    Le cinéma prend la place de la famille pour l éducation. Ah oui c est vrai une famille mère père enfants va être remplacé par des modèles progressistes présentés par le cinéma qui sait bien nous formater de plus en plus. Les nouvelles familles modernes Père fils ou fille seuls, Mère victime toujours selon le cinéma avec fils et fille, Père avec copain et enfants, Mère avec copine et enfants, frères et surs amoureux, wouahou une famille mère père enfants ça devient ennuyeux cher cinéma ? Ça ne rapporte plus d argent ? Ah oui j oubliais c est l ARGENT qui nous dirigent de nos jours pffff

    • Jeff le 12.08.2018 21:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Felix

      le problème c'est le "politiquement correct" et la représentation des "minorités" il faut qu'il y ait un blanc un noir une femme un homme un gay une lesbienne des trans et j'en passe on ne récompense plus le talent mais le plus convenable pour tous