Festival de Cannes

23 avril 2019 15:30; Act: 23.04.2019 19:15 Print

Les femmes sont encore loin de la parité

Cette année, la Palme d'or a une chance sur cinq de tomber dans les mains d'une réalisatrice. Pourtant, il s'agit de l'une des éditions les plus «féministes» de l'histoire du Festival de Cannes.

storybild

Léa Seydoux au Festival de Cannes en 2018. (Photo: AFP/Loic Venance (image d'illustration))

Sur ce sujet
Une faute?

Sur les 19 films en lice pour la Palme d’or, dès le 14 mai, seuls quatre sont mis en scène par des femmes: «Little Joe» (Jessica Hausner), «Portrait de la jeune fille en feu» (Céline Sciamma), «Sibyl» (Justine Triet) et «Atlantique» (Mati Diop). Une sous-représentation dont le festival de Cannes est coutumier. Une tendance qui se poursuit hors compétition: neuf films sur 28 ont été mis en scène par une femme.

Une sous-représentation dont le festival est coutumier, les réalisatrices étant souvent rares dans la compétition officielle. Pourtant, il s'agit là de l'une des éditions les plus «féminines de l'histoire, avec celle de 2011», relève le figaro.fr. En effet, sur les cinq dernières années, près d'un film sur sept était réalisé par une femme.

Selon un décompte de l'AFP, sur les 272 cinéastes ayant vu leur film récompensé par une des plus hautes distinctions du festival (Palme d'or, Grand prix et Prix du jury ces dernières années), 12 étaient des femmes, soit 4,4%. La seule à avoir décroché la Palme d'or est Jane Campion pour «la Leçon de piano», en 1993.

(szu)