Agenda

08 janvier 2020 07:34; Act: 08.01.2020 09:52 Print

Les sorties ciné du 8 janvier 2020, c'est par ici!

par Marine Guillain et Catherine Magnin - Découvrez les critiques et bandes-annonces des nouveaux films à l'écran en ce début d'année.

storybild

«Manhattan Lockdown», «The Grudge» et «L'adieu» (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

«L'adieu», de Lulu Wang

Lorsqu'ils apprennent que Nai Nai est malade et qu'il lui reste peu de temps à vivre, les membres de sa famille décident de se réunir à ses côtés en Chine. Cela sans rien lui dire de sa maladie. Pour Billi, élevée aux États-Unis, la maladie de sa grand-mère adorée est un choc et le secret d'autant plus difficile à respecter... Pour découvrir notre critique complète, c'est par ici.

«Manhattan Lockdown», de Brian Kirk

C'est connu: plus les minutes s'écoulent lorsque les auteurs d'un crime sont en fuite, plus les chances de mettre la main sur eux s'amenuisent. Juste après le meurtre de sept policiers lors d'un cambriolage de coke, le FBI, certain que les coupables sont encore à Manhattan, ferme les 21 ponts qui conduisent hors de l'île. L'inspecteur Davis (Chadwick Boseman, «Black Panther») suit leur piste, épaulé par une agente de la brigade des stups (Sienna Miller). On comprend vite que les deux tueurs ne sont pas les seuls impliqués, et qu'une machination à plus grande échelle se trame. Malgré des airs de déjà- vu, on se surprend à retenir son souffle. ***

«The Grudge», de Nicolas Pesce

Pour son troisième film d'horreur, le jeune cinéaste américain Nicolas Pesce (29 ans) a opté pour un remake de «The Grudge», du Japonais Takashi Shimizu. Une policière enquête sur la malédiction frappant une maison: tous ceux qui y entrent tuent leurs proches, puis se donnent la mort. Il n'y a absolument rien d'innovant dans cette production très cheap, qui se résume à une grosse perte de temps. *

«Seules les bêtes», de Dominik Moll

Nombreux sont celles et ceux qui ont un secret lié à l'étrangère retrouvée morte dans un hameau enneigé. Dominik Moll («Harry, un ami qui vous veut du bien») met en scène leurs points de vue respectifs sur le crime. Ça ressemble à une toile d'araignée reliant des rameaux inattendus. Le procédé de «Seules les bêtes», soutenu par une ribambelle d'interprètes hors pair (dont l'omniprésent Damien Bonnard), vaut le détour. ***

«Sol», de Jézabel Marques

Sol l'extravagante (Chantal Lauby) veut renouer avec sa belle-fille superrigide (Camille Chamoux) et voir son petit-fils de 7 ans, qu'elle ne connaît pas. Elle se rapproche d'eux, prend de l'importance, tout en cachant son identité. Après un quart d'heure, on se sent apte à écrire la suite du scénario de «Sol». L'histoire n'en reste pas moins touchante. **

«Abou Leila», d'Amin Sidi-Boumedine

«Abou Leila» est le premier long métrage de l'Algérien Amin Sidi-Boumédiène. Il met en scène Lotfi et S., amis d'enfance, au fil d'un road-movie dans le désert, à la recherche d'un prétendu terroriste. Délirant, mystérieux, hallucinatoire et sauvage. ***


Et encore...

Sport et cinéma à Lausanne
A l'occasion des Jeux Olympiques de la jeunesse, qui débutent demain, la Cinémathèque suisse propose 26 fictions et docs autour du sport. De «Rasta Rockett» à «Rocky», en passant par «Moi, Tonya» et «Visions of Eight», un doc sur les JO de Munich réalisé par huit grands cinéastes. Au Casino de Montbenon à Lausanne, jusqu'au 29 février 2020. Infos ici.

«Les enfants du temps», de Makoto Shinkai
Choisi pour représenter le Japon aux Oscars 2020, le film d'animation «Les enfants du temps» de Makoto Shinkai met en scène la rencontre d'un étudiant et d'une orpheline capable de contrôler le temps qu'il fait. A voir aux cinémas du Grütli à Genève. Infos ici.

«Ne croyez surtout pas que je hurle», de Frank Beauvais
Le Spoutnik (Genève, dès ce jeudi) et le Bellevaux (Lausanne, dès le 15.01) projettent ce film-journal intime, dans lequel le cinéaste parle de sa solitude, de sa dépression, de son obsession, du nettoyage de son appartement avant son déménagement, des attentats de Nice, de la mort de Prince ou encore des réfugiés en Méditerranée. Frank Beauvais sera présent lors de la projection de ce dimanche à Genève. Infos ici.

Images de Fribourgeoises
Comédiennes, agricultrices, politicennes... «Fribourg au féminin», réalisé par Jean-Théo Aeby, met en lumière les femmes qui participent ou ont participé à la vie de ce canton. A voir au cinéma Prado à Bulle. Infos ici.

Place à la création
Après une année off, le Kino Kabaret revient pour une 6e édition. Entre le 11 et le 24 janvier, plus de 250 artistes venus d'un peu partout se réuniront à Genève pour créer des films de manière spontanée. Leurs productions seront à voir le 17, le 20 et le 24 janvier. Infos ici.