Hollywood

19 juin 2019 06:13; Act: 19.06.2019 06:13 Print

Michael Fassbender: appelez-le SAS Malko.

par Catherine Magnin - L'acteur de 42 ans va incarner au cinéma Malko, le héros de la série de romans d'espionnage «SAS» écrits par le Français Gérard de Villiers.

Sur ce sujet
Une faute?

Son nom est Malko. Malko Linge. Plus précisément Son Altesse Sérénissime Malko Linge! Oui, SAS, le héros des quelque 200 romans d'espionnage écrits par Gérard de Villiers de 1969 à 2013, qui se sont vendus à plus de 120 millions d'exemplaires dans le monde. Après deux adaptations cinématographiques en 1982 et 1991, le personnage va faire son entrée en force sur grand écran sous les traits de Michael Fassbender.

En effet, rapporte Variety, le comédien d'origine allemande endossera le costume de Malko en même temps que le rôle de producteur d'un film adapté de «Berlin: Check-point Charlie». C'est sous la houlette de Lionsgate, qui a acquis les droits internationaux des livres de Gérard de Villiers pour développer une franchise, que naîtra ce qui pourrait bien être le premier volet d'une véritable saga.

L'écriture du scénario a été confiée à Eric Warren Dinger, nommé aux Oscars pour «American Bluff». Joe Drake, patron de Lionsgate, s'est félicité, ce mardi 18 juin 2019, de la qualité de cette équipe.

Un peu de OSS 117, un peu de 007

Pour mémoire, Malko Linge est un noble autrichien qui, pour financer les réparations de son château, loue ses services à la CIA. Son seul code moral réside dans son goût du plaisir et du danger du plaisir du danger. Armé d'un pistolet extra-plat, vêtu de costumes d'alpaga, séducteur polyglotte, il vit des aventures où exotisme, sexe et violence se conjuguent étroitement. Gérard de Villiers se serait un peu inspiré d'Hubert Bonisseur de La Bath, alias OSS 117, pour créer SAS... du moins pour le nom!

Une autre parenté n'est pas fortuite, celle de Malko avec James Bond. D'ailleurs, le succès en libraire des livres de Gérard de Villiers n'a pas grand chose à envier à celui du père de 007, Ian Fleming. Alors, se diront les fans de Fassbender, peut-être est-ce là un bon galop d'essai pour le comédien pour se positionner dans la course au successeur de Daniel Craig dans le rôle de l'agent au service de Sa Majesté?

En attendant, Fassbender est à l'affiche dans le rôle de Magneto dans «X-Men: Dark Phoenix», et tourne actuellement une comédie d'action, «Kung Fury II: le film»...

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sofie le 19.06.2019 07:46 Report dénoncer ce commentaire

    Trop bien

    Me réjouis de voir ce que cela va donner. Quand j'avais 18-20 ans, j'ai dévoré les SAS de la bibliothèque de mes parents et ceux de la biblio municipale dans la foulée. J'étais fan. Je me demande si l'on trouve encore ce genre de lecture, entre l'espionnage et le cul, dans les biblios de romandie ? Parce que c'était largement hors des clous du politiquement correct.

  • Jules Brodard le 19.06.2019 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Mission impossible... hélas

    En tant que fan absolu de Gérard de Villiers (je les possède presque tous je les ai presque tous lus), je pense qu'ils sont très difficilement transposable en film, pour une bonne raison: contrairement à ce qu'on pourrait croire, ils sont très "littéraires" car truffés de jeux de mots, de mots d'esprit et surtout de descriptions d'histoire politique réputées très exactes. Les livres ne sont pas très "cinématographiques" mais bien "verbaux", et en faire des films va complètement dénaturer le plaisir procéré à a lecture...

Les derniers commentaires

  • Jules Brodard le 19.06.2019 11:55 Report dénoncer ce commentaire

    Mission impossible... hélas

    En tant que fan absolu de Gérard de Villiers (je les possède presque tous je les ai presque tous lus), je pense qu'ils sont très difficilement transposable en film, pour une bonne raison: contrairement à ce qu'on pourrait croire, ils sont très "littéraires" car truffés de jeux de mots, de mots d'esprit et surtout de descriptions d'histoire politique réputées très exactes. Les livres ne sont pas très "cinématographiques" mais bien "verbaux", et en faire des films va complètement dénaturer le plaisir procéré à a lecture...

    • Ouèsava le 20.06.2019 08:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Jules Brodard

      Moins fan, je suis quand même très d'accord avec vous. Ce qui rend supportable un SAS c'est l'inscription de l'intrigue dans un contexte réaliste avéré et le deuxième degré du personnage. Mettre ça en film...

  • Sofie le 19.06.2019 07:46 Report dénoncer ce commentaire

    Trop bien

    Me réjouis de voir ce que cela va donner. Quand j'avais 18-20 ans, j'ai dévoré les SAS de la bibliothèque de mes parents et ceux de la biblio municipale dans la foulée. J'étais fan. Je me demande si l'on trouve encore ce genre de lecture, entre l'espionnage et le cul, dans les biblios de romandie ? Parce que c'était largement hors des clous du politiquement correct.

    • jules le 19.06.2019 10:54 Report dénoncer ce commentaire

      pas sur....

      perso....j'ai été super déçu lors du 1er film.....car quand on lis, on imagine et le film a mis un visage sur les personnages.......et là, boum ! deception....... (bon je n'ai lu que les 120 premiers...)

    • Ouèsava le 20.06.2019 08:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Sofie

      Très juste, je crains qu'on ne trouve plus du tout cette littérature aujourd'hui. J'ai lu pas mal de SAS, mais je leur préférais infiniment Vic St Val : Les intrigues étaient plus profondes, frisant souvent la science fiction, toujours prospectives. Il y avait aussi du cul, bien sûr, d'ailleurs un peu trop à partir du moment où le concept a été décliné en plusieurs spins-off. Je suis encore surpris aujourd'hui de la pertinence d'analyse des premiers volumes, qui traitaient du Big Data (si, si !), d'écologie, du féminisme, notamment.