«L'homme qu'on aimait trop»

15 juillet 2014 17:08; Act: 15.07.2014 16:53 Print

Mystérieuse disparition filmée par André Téchiné

par Catherine Magnin - André Téchiné réunit Guillaume Canet, Adèle Haenel et Catherine Deneuve dans un polar inspiré d'un fait divers, l'affaire Le Roux.

Sur ce sujet
Une faute?

Nice, fin des années 1970. Agnès Le Roux (Adèle Haenel) et son amant, l’avocat Maurice Agnelet (Guillaume Canet, photo), se liguent pour évincer la mère d’Agnès (Catherine Deneuve) de la direction du casino Palais de la Méditerranée. Peu après, Agnès disparaît. Son corps n’a jamais été retrouvé.

C’est ce fait divers qu’adapte André Téchiné dans «L’homme qu’on aimait trop». Il en tire une formidable autopsie de la manipulation et de la lutte pour le pouvoir. Une scène est exemplaire de cette thématique: celle où Agnès, femme de caractère, se lâche dans une danse africaine débridée devant le regard ahuri de Maurice. On ne sait trop s’il faut alors lire dans le regard de l’avocat une admiration teintée d’amour ou l’illumination du manipulateur qui a repéré sa proie.