«Ça: Chapitre 2»

10 septembre 2019 17:25; Act: 10.09.2019 17:25 Print

Ne tremblez pas pour «Ça»

par Catherine Magnin - Après avoir réussi l'adaptation sur grand écran du best-seller de Stephen King, Andy Muschietti rate sa suite.

Sur ce sujet
Une faute?

Il avait fallu attendre 27 ans pour que «Ça» soit adapté sur grand écran, en 2017. Brillamment et avec un résultat juteux (700 millions de dollars de recettes mondiales, pour un budget de 35 millions). L'adaptation de la suite était inévitable. Son action se déroule 27 ans après celle du premier opus, puisque telle est la durée qui sépare les réapparitions de l'affreux clown croqueur de gamins. Les membres du Club des Ratés de Derry sont désormais des adultes ayant plus ou moins réussi leur vie, en oubliant leur passé, du moins les détails. Car la pétoche que Grippe-Sou leur a filée jadis est bien là, enfouie dans leurs tripes. Il suffit d'un coup de fil de Mike (Isaiah Mustafa), resté dans le maudit patelin, pour qu'elle renaisse. Ça les fait gerber, bafouiller, paniquer, pire même… Ils n’en vont pas moins faire équipe pour avoir la peau de Grippe-Sou.

Longueur coupable

Avouons-le en cinéphile «épouvantophile»: la trouille des enfants, c'est plus flippant que celle des grands. Voir ces adultes – surtout incarnés par des stars (Jessica Chastain, James McAvoy) suscitant moins d’empathie que des inconnus – gesticuler à qui mieux mieux ne prend aux tripes qu'épisodiquement. Le réalisateur Andy Muschietti, dans la précipitation, ne renoue pas avec la grâce de son précédent film. Ce «Chapitre 2» est long, trop long (presque 3 heures), répétitif, abusant de boursouflures et de déjà-vu qui ont raison du clown mieux que les anciens Ratés. Bref, ça grippe...