«Scary Stories»

21 août 2019 06:24; Act: 21.08.2019 06:24 Print

On frissonne de plaisir

par Marine Guillain - Le cinéaste Guillermo del Toro signe le scénario d'un long métrage horrifique qui s'adresse à toute la famille.

Sur ce sujet
Une faute?

Il a inauguré son étoile sur le célèbre Walk of Fame de Hollywood Boulevard au début du mois. C'est qu'à 54 ans, Guillermo del Toro a une sacrée carrière derrière lui! Et dans sa filmographie, les créatures monstrueuses occupent une place prépondérante («Le labyrinthe de Pan», «La forme de l'eau»...). Pas étonnant donc que le Mexicain se soit intéressé à la série de livres pour enfants «Scary Stories» –bannis de certaines bibliothèques ­scolaires anglaises, car jugés trop effrayants. Porteur du projet d'adaptation cinématographique depuis 2016, Del Toro en est le producteur et le coscénariste.

«Scary Stories to Tell in the Dark» s'ouvre de manière très traditionnelle. Pennsylvanie, 1968, Halloween. Stella, Auggie et Chuck se déguisent et sortent dans la rue pour piéger un de leurs camarades. Ils terminent la soirée dans un manoir abandonné où ils trouvent un livre d'histoires d'horreur. Mais dès le lendemain, les récits s'écrivent tout seuls et prennent vie, concrétisant les pires peurs des ados...

Avec la guerre du Vietnam et l'élection de Nixon en toile de fond, «Scary Stories» aborde autant la politique que le racisme et le rejet de la différence. Là-dessus, à chaque ligne du bouquin qui s'imprime en lettres de sang, la tension monte en flèche, tandis que Stella essaie de protéger ses amis d'un destin funeste. Entre un épouvantail en quête de vengeance et un cadavre à la recherche de son orteil, les monstres voraces sont si flippants qu'ils nous ont fait frissonner de peur… et encore davantage de plaisir.