Cinéma

24 février 2019 22:57; Act: 25.02.2019 10:50 Print

Oscars 2019: «Green Book» sacré meilleur film

Rami Malek a été sacré meilleur acteur, Olivia Colman meilleure actrice et Alfonso Cuarón meilleur réalisateur dimanche à Hollywood.

Sur ce sujet
Une faute?

«Green Book», l'histoire vraie d'un pianiste noir en tournée dans le Sud ségrégationniste des États-Unis, a remporté dimanche aux Oscars d'Hollywood le prix du meilleur film, «Roma» du Mexicain Alfonso Cuarón réussissant de son côté un impressionnant coup du chapeau.

«Tout le film tourne autour de l'amour, du fait de nous aimer les uns les autres malgré nos différences», a déclaré Peter Farrelly, réalisateur de «Green Book», en recevant la récompense suprême sur la scène du Dolby Theater.

Sérieux prétendant au titre, Alfonso Cuarón a décroché l'Oscar du meilleur film en langue étrangère pour son ode au Mexico des années 1970, qui lui vaut aussi le prix du meilleur réalisateur et de la photographie.

Autre gagnant de la soirée, «Bohemian Rhapsody», biopic consacré au chanteur du groupe Queen Freddy Mercury, qui a valu l'Oscar du meilleur acteur à Rami Malek. «Je n'étais peut-être pas le choix le plus évident mais j'imagine que ça a marché», a lancé avec humour en recevant la statuette celui qui l'a emporté face à Christian Bale, Bradley Cooper, Willem Dafoe et Viggo Mortensen.

La plus grosse surprise est venue au moment de décerner l'Oscar de la meilleure actrice: donnée grande favorite pour «The Wife», l'actrice Glenn Close, 71 ans, en est sortie grande perdante: sept fois sélectionnée et sept fois déçue après avoir foulé le tapis rouge.

Elle n'a pas su s'attirer les faveurs de l'Académie des arts et sciences du cinéma. Ses 7900 membres appelés à voter lui ont préféré Olivia Colman, reine Anne dans la comédie historique sombre et loufoque «La Favorite», du réalisateur grec Yorgos Lanthimos.

Le vétéran Spike Lee a lui reçu pour cette 91e édition des Oscars le premier «vrai» trophée de sa carrière, pour «BlacKkKlansman».

«We will rock you», «We are the champions»... Le groupe Queen avait donné le ton sur scène en ouvrant le bal: «Bohemian Rhapsody» a commencé par rafler trois statuettes dans des catégories techniques (montage, montage de son et mixage) avant le sacre de Rami Malek. Le film et l'acteur avaient déjà tous deux été primés aux Golden Globes au début de la saison des prix.

«Je sais bien que je n'étais pas un choix évident» pour incarner Freddie Mercury, a déclaré Rami Malek, se réjouissant du succès du film consacré à «un homme gay, un immigré, qui a vécu sa vie tel qu'il était», et rappelant qu'il est lui-même le fils d'Égyptiens immigrés en Californie.

Dans la catégorie des «seconds rôles», ce sont deux acteurs noirs américains qui ont emporté les faveurs de l'Académie, qui avait par le passé été vivement accusée par certains de privilégier des artistes blancs.

L'actrice noire américaine Regina King a reçu la première statuette de la soirée pour son rôle dans «Si Beale Street pouvait parler», où elle incarne une mère défendant le petit ami de sa fille, accusé d'un viol qu'il n'a pas commis.

Mahershala Ali a ensuite été honoré pour son rôle dans «Green Book». Il avait déjà reçu un Oscar du meilleur second rôle masculin en 2017, pour «Moonlight». Outre le prix du meilleur film, «Green Book» a également reçu l'Oscar du meilleur scénario original, inspiré de l'histoire vraie du musicien Don Shirley et des relations nouées avec le gros bras italo-américain qui lui servait de chauffeur, joué par Viggo Mortensen.

Lady Gaga récompensée pour sa chanson

C'est un autre film explorant les tensions raciales et la ségrégation qui a remporté l'Oscar du meilleur scénario adapté: «BlacKkKlansman», du très militant Spike Lee, là encore inspiré par l'histoire vraie d'un policier noir américain infiltrant une branche du Ku Klux Klan avec l'aide d'un collègue blanc.

Spike Lee a bien reçu un Oscar d'honneur en 2015 pour l'ensemble de son oeuvre, mais n'avait jusqu'à présent jamais été primé en compétition. En lice pour le meilleur film, le film de superhéros «Black Panther» est reparti avec trois prix techniques, pour ses costumes et décors notamment.

Sur les rangs également dans cette catégorie phare, le drame romantique «A Star is Born» a dû se contenter du prix de la meilleure chanson pour «Shallow». Il a été reçu par la diva pop Lady Gaga, qui était également sélectionnée pour son rôle dans le film.

Côté film d'animation, c'est «Spider-Man: New Generation» qui a raflé la mise, faisant mordre la poussière à la famille des «Indestructibles 2». Pour la première fois depuis 1989, les Oscars ont été privés de maître de cérémonie. L'Académie avait offert le poste au comédien et humoriste Kevin Hart, mais celui-ci avait jeté l'éponge après la résurgence de vieux tweets jugés homophobes.

(nxp/afp)

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 72 heures est automatiquement désactivé en raison du très grand nombre de messages que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 69ème réunion le 25.02.2019 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    d'anciens élèves

    Lors de la dernière réunion d'anciens élèves de ma classe de sourds-muets, une SMS genevoise nous a expédié deux fossiles d'une École de chômeurs professionnels. Prochain rendez-vous dans le bistrot du Gros-Chêne d'Onex. PS - Notre nouvelle cuisine calabraise à l'anneau gastrique, "du lard et du cochon", et la tête de veau à la même adresse!

  • Oto Mobil le 25.02.2019 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    Ras le bol là !

    Y a t'il autre chose que l'apologie du LGBT à Hollywood ?.....et (entre autre) au cinéma en général ?...ca devient gonflant au bout d'un moment !...

  • Réaction le 25.02.2019 08:17 Report dénoncer ce commentaire

    Place aux grosses fortunes

    Le cinéma est passé du 7e art à du cinéma popcorn. Que l'on puisse trouver spirituel de regarder un film en s'empiffrant de popcorn me semble bien refléter l'aspect exclusivement commercial de cette sous culture

Les derniers commentaires

  • 69ème réunion le 25.02.2019 12:27 Report dénoncer ce commentaire

    d'anciens élèves

    Lors de la dernière réunion d'anciens élèves de ma classe de sourds-muets, une SMS genevoise nous a expédié deux fossiles d'une École de chômeurs professionnels. Prochain rendez-vous dans le bistrot du Gros-Chêne d'Onex. PS - Notre nouvelle cuisine calabraise à l'anneau gastrique, "du lard et du cochon", et la tête de veau à la même adresse!

  • Oto Mobil le 25.02.2019 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    Ras le bol là !

    Y a t'il autre chose que l'apologie du LGBT à Hollywood ?.....et (entre autre) au cinéma en général ?...ca devient gonflant au bout d'un moment !...

    • Mort de rire le 25.02.2019 11:51 Report dénoncer ce commentaire

      @Oto Mobil

      Green Book, une apologie du LGBT ?!?

    • fan de cinéma le 25.02.2019 15:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

      @Oto Mobil

      rien à voir, ok freddy mercury était gay, mais si il ne l avait pas été, ce film aurait quand même existé. ce film sur Queen et freddy mercury était un pur moment de détente et de bonheur.

    • Fredo Mercuro le 26.02.2019 08:22 Report dénoncer ce commentaire

      @Oto Mobil

      Et pourquoi n'arrivez-vous pas à envisager Freddy Mercury pour ce qu'il était, une bête de scène et un chanteur exceptionnel, plutôt que de vous intéresser à sa sexualité ?

    • Brace Forimpact le 26.02.2019 20:28 Report dénoncer ce commentaire

      Toujours les mêmes symboles!?!

      Ben en fait... oui! A Hollywood, il se passe des choses très, très, très bizarres...

  • Réaction le 25.02.2019 08:17 Report dénoncer ce commentaire

    Place aux grosses fortunes

    Le cinéma est passé du 7e art à du cinéma popcorn. Que l'on puisse trouver spirituel de regarder un film en s'empiffrant de popcorn me semble bien refléter l'aspect exclusivement commercial de cette sous culture

    • D. Goûté le 25.02.2019 09:40 Report dénoncer ce commentaire

      Mais quel triste commentaire...

      On se demande si vous avez lu l'article ... Les fils primés sont justement loin d'être des films "porcorn", ce sont de belles oeuvres qui font réfléchir. Il en allait de même aux Césars avec "Jusqu'à la garde". Mais encore faut-il être capable de réfléchir ... Vive le cinéma, dommage que les places soient si chères.