Agenda

21 novembre 2018 07:12; Act: 21.11.2018 15:36 Print

Toutes les sorties ciné du 21 novembre, c'est ici!

par Catherine Magnin - Est-ce une semaine fantastique ou horrible? Certains nouveaux films jouent habilement des deux registres. Et c'est savoureux!

storybild

(Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

«Overlord», de Julius Avery:
Retrouvez notre critique ici


«Amanda», de Mikhaël Hers:
Retrouvez notre critique ici


«Les bonnes intentions», de Gilles Legrand:

Isabelle (Agnès Jaoui) ne vit que pour son engagement humanitaire quotidien, au point de raser tout le monde avec ses principes. C'en est presque agressif. Quand un projet lui file sous le nez, elle contre-attaque et se met en tête de faire passer le permis de conduire aux immigrés dont elle s'occupe. Même s'il assène quelques vérités bonnes à entendre, «Les bonnes intentions» force trop le trait. Et pêche par ce qu'il reproche à son personnage principal. **


«Une saison en France», de Mahamat-Saleh Haroun:

bbas (Eriq Ebouaney) a perdu sa femme en fuyant son pays en guerre avec leurs enfants. En France, il attend d'obtenir un statut de réfugié. Mais comment construire un avenir pour lui et sa famille avec, au-dessus de la tête, l'épée de Damoclès d'un possible refus du droit d'asile? Le réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun dresse un tableau sec d'une réalité qui ne devrait laisser personne indifférent. ***


«Les filles du soleil», de Eva Husson:

Reporter de guerre armée de son seul appareil photo, Mathilde (Emmanuelle Bercot) décide de suivre un bataillon de femmes kurdes qui luttent comme des hommes pour libérer leur ville de l'emprise de Daech. Leur leader (Golshifteh Farahani) espère y retrouver son fils... Passionné mais brouillon, féministe à tout va, «Les filles du soleil» se repose trop sur la puissance des slogans. Il n'en a pas moins concouru pour la Palme d'or à Cannes en mai dernier. *


«Le temps des forêts», de François-Xavier Drouet:

Sur le plateau de Millevaches, dans le Limousin, on plante des épineux comme on plante du maïs, dans le seul but de faire de l'argent. Dans ce désert boisé, pas de feuillus, pas de mousse, pas de chants d'oiseaux. Le doc de François-Xavier Drouet dresse le tableau sombre d'un appauvrissement sylvicole qui n'est pas sans conséquences sur l'avenir de l'humanité. Et Millevaches n’est qu'un exemple. ***


«The Seen And Unseen», de Kamila Anini:

A 10 ans, une fillette a du mal à accepter que son frère jumeau soit atteint d'une maladie incurable. Elle se réfugie dans un monde imaginaire... Teinté de fantastique, ce film indonésien programmé au cinéma Bellevaux (Lausanne) est une belle manière d'aborder la douleur enfantine, même si le résultat déconcerte. **


«Diamantino», de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt:

Footballeur un peu simplet, Diamantino a perdu son toucher de balle magique et tente de refaire sa vie loin des terrains. Traité en mode délire burlesque mâtiné d'horreur et de polar, ce film inclassable serait (lointainement?) inspiré de Ronaldo! A l'affiche dès dimanche 25 novembre au cinéma Spoutnik (Genève). Pas vu.


«Looking For Sunshine», de Niccolo Castelli:

Lara Gut est une championne capable d'encaisser des échecs, comme après sa blessure en 2017. Niccolo Castelli a réalisé le portrait de cette passionnée travailleuse, clairvoyante, souriante, idéale, aimée. Ça fait un album-souvenir taillé sur mesure pour vendre l'image de la star suisse du cirque blanc. Trop lisse pour convaincre. *