Agenda

27 juin 2018 07:23; Act: 27.06.2018 07:23 Print

Toutes les sorties ciné de ce 27 juin, c'est ici!

par Marine Guillain et Henry Arnaud - Quels films sortent en Suisse romande cette semaine? Réponse ici, avec toutes les bandes-annonces en prime.

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

«Love, Simon», de Greg Berlanti
Découvrez l'interview de l'acteur principal Nick Robinson ici.

Acteurs ouvertement gay, Xavier Dolan, Neil Patrick Harris ou encore Matt Bomer ont couvert d'éloges «Love, Simon», et pour cause. Ce teen movie de Greg Berlanti est l'un des rares à raconter simplement le coming out de son héros. Sans scandale, ni scène choquante ou brutale. Si l'intrigue peut être jugée simpliste, «Love, Simon» n'en est pas moins un film important pour faire front à l'homophobie encore présente. Pour notre part, on aurait adoré le voir lorsqu'on avait 15 ans! ****

«Tully», de Jason Reitman
Découvrez notre critique du film ici.

«What will people say», d'Iram Haq

Pakistanaise à la maison, Norvégienne à l'extérieur. Nisha (Maria Mozhdah) a 16 ans et vit sa vie, jusqu'au jour où son père la surprend avec un garçon dans sa chambre. Ivre de colère, mais surtout otage du regard des autres, il expédie sa fille au Pakistan. On en a vu des récits de jeunes femmes qui tentent de s'émanciper de la tradition et du qu'en-dira-t-on, mais ce n'est surtout pas une raison de bouder le sublime «What Will People Say»! L'amour qui fait mal entre la fille et son père prend tout son sens dans cette œuvre aussi révoltante que bouleversante. Qui devient encore plus forte en sachant que la réalisatrice a vécu les mêmes épreuves que son héroïne. ****

«Sicario 2: La guerre des cartels», de Stefano Sollima

Denis Villeneuve («Blade Runner 2049») a cédé sa place à Stefano Sollima («Suburra»). Emily Blunt a aussi raccroché, et c'est la jeune Isabela Moner (découverte dans le dernier «Transformers») qui partage l'affiche de ce deuxième «Sicario» avec Benicio del Toro et Josh Brolin. En 2015, l'atmosphère suffocante et la mise en scène maîtrisée du thriller avait fait mouche. Trois ans plus tard, on peine à trouver un quelconque intérêt à «La guerre des cartels». Le pitch: l'agent fédéral Matt Graver refait appel à Alejandro pour enlever Isabela Reyes, fille du baron d'un des plus gros cartels, dans le but de déclencher une guerre entre les gangs. On ne sait ce qui déçoit le plus, de l'écriture ou de la réalisation (à moins que les héros tués qui ressuscitent, ce soit votre truc). Las, «Sicario 2» ne fait que creuser sa propre tombe. *

«Blue note records: Beyond the notes», de Sophie Huber

Il y a le Sun et le Stax à Memphis, la Motown à Detroit... et le Blue Note Records à New York. C’est ce dernier qui a séduit la cinéaste suisse Sophie Huber. Créé en 1939 par deux juifs ayant fui l'Allemagne nazie, le label a enregistré les plus grands noms du jazz: Miles Davis, Art Blakey, John Coltrane... Très masculin (jusqu'à l'arrivée de Norah Jones sur la fin), le doc est toutefois un agréable voyage musical et historique. ***

«Looking for Oum Kulthum», de Shirin Neshat

Quatre millions de personnes ont assisté à ses funérailles, les plus importantes de l'histoire égyptienne après celles du président Nasser. C'est qu'Oum Kalthoum était l'une des plus grandes chanteuses du monde arabe. Le film de l'Iranienne Shirin Neshat lui rend hommage avec un récit sur une réalisatrice souhaitant filmer la vie et l'œuvre de la diva, dans une société conservatrice et masculine. Pas vu.

«Budapest», de Xavier Gens

Lassés de leur job, deux copains (Manu Payet et Jonathan Cohen) démissionnent et montent leur agence de voyage, «Crazy Trips», spécialisée dans les enterrements de vie de garçon à Budapest. Nuits de débauche, alcool qui coule à flots, danses avec des stripteaseuses et tirs à la kalachnikov... voilà qui promet. Pas vu.

«Tout mais pas ça», d'Edoardo Falcone

Etudiant en médecine, Andrea a quelque chose d'important à dire à ses parents: il veut devenir prêtre. Cette annonce met dans tous ses états son père, chirurgien bourgeois de gauche, athée et cynique. Le comédie a été un succès à sa sortie en Italie en 2015. Pas vu.