Agenda

18 décembre 2018 21:19; Act: 18.12.2018 21:19 Print

Les sorties ciné des 19 et 26 décembre, c'est ici!

par Catherine Magnin - Entre deux nocturnes, deux repas de famille, deux coupes de champagne, vous ferez bien un petit tour au cinéma?Voilà les sorties des mercredis 19 et 26 décembre 2018.

storybild

Mary Poppins (Emily Blunt) in Disney's original musical MARY POPPINS RETURNS, a sequel to the 1964 MARY POPPINS which takes audiences on an entirely new adventure with the practically perfect nanny and the Banks family. (Photo: Null)

Sur ce sujet
Une faute?

Entrées façon comédie:

«Le gendre de ma vie», de François Desagnat:

Le moins que l'on puisse dire des trois filles de Stéphane (Kad Merad), c'est qu'elles sont couvées. Aucune ne peut fréquenter un homme sans que leur père s'immisce dans l’histoire. C'est si grotesque que ça en devient presque rigolo! **
Sortie le 19 décembre 2018

«Seconde chance», de Peter Segal:

Grâce à un CV bidouillé à son insu, Maya (Jennifer Lopez) est engagée dans un groupe de cosmétiques de Manhattan. Elle va devoir faire preuve de débrouillardise pour donner le change... «Seconde chance» prévoit de faire rire. S'il échoue, on pourra probablement s'amuser à repérer les placements de produits. Pas vu.
Sortie le 26 décembre 2018


Plats de résistance: les superproductions:

«Aquaman», de James Wan:

Qui est Aquaman (Jason Momoa), le super­héros bien trempé vu dans «Batman vs Superman» et «Justice League»? Réponse illustrée ambitieusement par le réalisateur James Wan. Qui noie le personnage dans des décors débordant de fluorescence où flotte la résilience des filins où les acteurs ont dû pendouiller pendant des heures. Ça nous a bassinés. *
Sortie le 19 décembre 2018

«Bumblebee», de Travis Knight:

En doutiez-vous? Les Coccinelles, c'est de la bombe! La petite VW n'avait pas trouvé grâce aux yeux du producteur-réalisateur de la saga «Transformers», Michael Bay, qui a enfermé Bum­bleBee sous le capot d'une Camaro depuis 2007. La «Choupette» tient sa revanche dans un long métrage qui lui est entièrement consacré. Sans rouler les mécaniques, le résultat est bien huilé. ***
Sortie le 26 décembre 2018

«Le retour de Mary Poppins», de Rob Marshall:

Quel record «Le retour de Mary Poppins» a-t-il battu? Celui du plus grand écart entre un film et sa suite (54 ans). La version 2018 est quasiment un remake, avec Emily Blunt dans le rôle-titre: histoire similaire, même mélange d'images réelles et animées. Expert en musicals («Into the Woods», «Chicago», «Nine»), Rob Marshall orchestre le tout. Les millennials trouveront ça supercalifragilisticexpidélilicieux? ***
Sortie le 19 décembre 2018


Entremets rehaussés d’émotions:

«Au bout des doigts», de Ludovic Bernard:

Le directeur (Lambert Wilson) du Conservatoire de Paris repère un prodige (Jules Benchetrit, fils de Marie Trintignant) jouant du piano dans une gare. Cet ado des cités a l'oreille absolue et une mémoire phénoménale. Ça ne suffit pas: une prof (Kristin Scott Thomas) va lui mener la vie dure pour qu'il sorte ce qu'il a dans les tripes. «Au bout des doigts» file sans fausse note ni génie sa partition de success story. Tel un Richard Clayderman, en somme. ***
Sortie le 26 décembre 2018

«The Bookshop», d'Isabel Coixet:

«Lolita», de Nabokov, sur les rayons de la librairie d'une bourgade du nord de l'Angleterre, en 1959, ça ne peut pas ne pas déranger
l'establishment bien-pensant. La libraire (Emily Mortimer) va l'apprendre à ses dépens. Sur 12 nominations aux Goyas (l'équivalent espagnol des Césars), «The Bookshop» en a remporté trois: Meilleurs film, réalisatrice et scénario. Pas mal pour un film dans la langue de Shakespeare.***
Sortie le 19 décembre 2018

«Wildlife - Une saison ardente», de Paul Dano:

A 34 ans, l'acteur Paul Dano (qui jouait le chanteur des Beach Boys dans «Love & Mercy») réalise son premier film, et c'est une perle. Il met en scène, vue par les yeux d'un ado (Ed Oxenbould), la déliquescence d'un couple (Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal), lui chômeur à répétition, elle qui se débat pour survivre. Leur histoire prouve que la bonne volonté ne suffit pas à faire le bonheur. ****
Sortie le 19 décembre 2018


Desserts nappés d'exotisme:

«La saveur des ramen», d'Eric Khoo:

A la mort de son père, Masato (Takumi Saitoh) décide de partir à Singapour, d'où était originaire sa mère, pour retrouver le bouquet des plats qu’elle lui cuisinait. Mais plus que des ingrédients et des recettes, ce sont des secrets de famille qu'il va découvrir. Le cinéaste singapourien Eric Khoo concocte un film, sous des airs doucement naïfs, aussi doux et puissant qu'une madeleine de Proust. Miam! ****
Sortie le 26 décembre 2018

«Mia et le lion blanc», de Gilles de Maistre:

Dans la ferme de ses parents, en Afrique du Sud, Mia (Daniah De Villiers) a un animal de compagnie peu ordinaire: un lion blanc! Ça fait flipper sa mère (Mélanie Laurent)... Sûr, qui aime les félins sous toutes leurs formes craquera. Et oubliera la prévisibilité du scénario et la simplicité du discours, les chasseurs sont des salauds, et blablabli, et blablabla. **
Sortie le 26 décembre 2018


Café serré bien fort en noirceur:

«L'Empereur de Paris», de Jean-Pierre Richet:

Eugène-François Vidocq. Né en 1775 à Arras. Tour à tour bagnard, fuyard, mouchard. A inspiré à Balzac le personnage de Vautrin, à Victor Hugo ceux de Valjean, Thénardier et Javert. La télévision en fit un héros flamboyant dans les années 1960-1970. Sur grand écran, Gérard Depardieu lui donna en 2001, sous la direction de Pitof, une dimension plus noire. C'est dans cette dernière veine que s'inscrit «L'Empereur de Paris», avec Vincent Cassel dans le rôle principal. Le film nous entraîne dans le Paris de la fange et celui de la soie. Et le héros ne décoche quasiment aucun sourire. **
Sortie le 19 décembre 2018