Agenda

25 juillet 2018 07:10; Act: 25.07.2018 14:18 Print

Toutes les sorties ciné de ce 25 juillet, c'est ici!

par Marine Guillain - Seulement quatre nouveaux films cette semaine, mais que des bons! Découvrez notre avis et les bandes-annonces ci-dessous.

storybild

Sofia Boutella dans «Hotel Artemis», Dracula dans «Hotel Transylvanie 3» et Lily James dans «Mamma Mia! Here we go again» (Photo: Matt Kennedy)

Sur ce sujet
Une faute?

«Mamma Mia! Here we go again» d'Ol Parker
Découvrez notre critique de la comédie musicale ici.

«Hôtel Transylvanie 3» de Genndy Tartakovsky
Découvrez notre critique du film d'animation ici.

«Sweet Country» de Warwick Thornton

Une marmite cuit sur le feu. Hors-champ, deux hommes se battent. Peu après, un fermier aborigène (Hamilton Morris) tire sur un propriétaire blanc, en état de légitime défense. Le voilà contraint de fuir avec sa femme dans l'Outback australien, traqué par un sergent. Inspiré de faits réels, le western «Sweet Country» ravive avec verve le sort cruel réservé aux Aborigènes dans les années 1920 et interroge le sens de la justice. Prix spécial du jury à La Mostra de Venise, il évite le piège «gentils aborigènes contre méchants blancs». Warwick Thornton raconte son récit sans hâte, ce qui ne l'empêche pas d'être dynamique grâce à un montage brut et à des plans muets prémonitoires qui s'immiscent dans la trame principale. Une belle découverte. ****

«Hotel Artemis» de Drew Pearce

Los Angeles, 2028. L'approvisionnement d'eau a été coupé, des émeutes font rage. L'hôtel Artemis a été transformé en un hôpital secret où se font soigner les plus dangereux criminels. Ils s'appellent Waikiki (Sterling K. Brown), Nice (Sofia Boutella), Acapulco ou Honolulu. L'infirmière (Jodie Foster) et son assistant (Dave Bautista) veillent au grain. Premier long métrage de Drew Pearce, le dystopique «Hotel Artemis» mêle atmosphère étouffante et esthétisme léché, proche de l'apocalypse. Cet univers spécial et son casting prometteur, avec la presque incontournable Sofia Boutella («La momie», «Atomic Blonde» et bientôt «Climax» de Gaspar Noé) en fait une proposition intéressante, mais il lui manque encore un stade (de la profondeur chez ses personnages, peut-être) pour provoquer de vraies étincelles. ***

Et encore: Yverdon sous les étoiles avec Cinédici

C'est un nouvel open air gratuit qui démarre ce soir à Yverdon-les-Bains (VD). Chaque soir jusqu'à dimanche, un long métrage sera projeté à 22h dans la cour de l'Amalgame Club (5, avenue des Sports). Les réjouissances commencent avec l'excellente comédie d'Antony Cordier «Gaspard va au mariage». Elles se poursuivront avec la fiction suisse «Ceux qui vont bien» puis avec les docs «Sugarland» «Remue-Ménage» et «Dans le lit du Rhône».

Cinéaste rebelle

Iconoclaste, indépendant et révolutionnaire. Acteur, réalisateur et scénariste. Après avoir bousculé les codes cinématographiques avec «Shadows» (1959), l'Américain John Cassavetes a réalisé notamment «Faces», «Opening Night», «Love Streams» et «Gloria», tous tournés avec sa compagne, Gena Rowlands. Ces films sont à (re)découvrir aux Cinémas du Grütli de Genève jusqu'au 14 août.