Agenda

03 janvier 2019 07:35; Act: 03.01.2019 07:35 Print

Par ici toutes les sorties ciné du 2 janvier

par Catherine Magnin - Il y a beaucoup de légèreté et une pointe d'acidité dans le premier menu cinématographique de la nouvelle année.

storybild

(Photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

«Premières vacances», de Patrick Cassir:
Retrouvez l'interview de Camille Chamoux et la critique du film ici


«Bienvenue à Marwen», de Robert Zemeckis:
Retrouvez la critique du film ici


«L'amour flou», de Romane Bohringer et Philippe Rebbot:

Les couples modernes sont décidément pleins de surprises. Y compris (surtout?) au moment de se séparer. Prenez Romane et Philippe: après dix ans de vie commune, ils ont décidé de vendre leur maison pour vivre chacun de son côté. Mais, pour ne pas traumatiser leurs enfants, ils s'installent dans deux appartements mitoyens, avec la chambre des gosses en commun! La proximité mâtinée de distance ne va pas sans quelques surprises cocasses, ni sans interrogations sur ce moment, élastique, où l'on s'aime encore tout en ne s'aimant plus... Ou plus assez. Cette rupture originale, racontée et mise en scène avec rythme et tendresse dans «L'amour flou», peut sembler trop réussie pour ne pas relever du fantasme. Et pourtant, c'est du vécu! Romane Bohringer et Philippe Rebbot ont bel et bien concrétisé leur séparation ainsi. ****


«Qui a tué Lady Winsley?», de Hiner Saleem:

Originaire du Kurdistan irakien, le réalisateur Hiner Saleem aligne les films engagés dans la reconnaissance des droits de son peuple («Vodka Lemon», «Kilomètre zéro», «My Sweet Pepper Land»). Il récidive en choisissant, pour «Qui a tué Lady Winsley?», la forme d'un film policier à la Agatha Christie. Ou comment l'inspecteur Fergan (Mehmet Kurtulus) enquête sur le meurtre d'une romancière américaine sur une île turque. Le truculent trombinoscope de personnages secondaires vaut à lui seul le détour. ***


«Une femme d'exception», de Mimi Leder:

A force de parler de la lutte des Noirs contre la discrimination aux Etats-Unis, on en oublie que les femmes aussi ont dû batailler. C'est dans les années 1970 que l'avocate Ruth Bader Ginsburg (Felicity Jones) réussit à infléchir les lois en faveur de l'égalité des sexes. Personnage exemplaire, histoire exemplaire («simplifiée» pour entrer dans le moule hollywoodien) pour un biopic, «Une femme d'exception» est de confection plus banale que ne le dit son titre. **


«Comprame un revolver», de Julio Hernandez Cordon:

Quelque part dans le désert du Mexique, dans un futur où les femmes sont devenues rares. Pour survivre avec son père sous la menace de narcotrafiquants, la petite Huck doit se masquer... A mi-chemin entre la sauvagerie sociale d'un «Mad Max» et une «Guerre des boutons» au merveilleux désabusé, «Comprame un revolver» fait plus de promesses qu'il n'en tient. Ça ne l'empêche pas de sortir du lot. ***