Agenda

30 janvier 2019 10:19; Act: 04.02.2019 10:14 Print

Toutes les sorties ciné du 30 janvier

par Marine Guillain/cma - Découvrez les bandes-annonces et les critiques des nouveaux films à l'écran en Suisse romande.

storybild

«Mug», «Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon dieu» et «L'Ordre des médecins» (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

«Si Beale Street pouvait parler», de Barry Jenkins

Retrouvez notre critique du film ici.

«Mug», de Malgorzata Szumowska

Notre critique du film est à lire ici.

«Minuscule 2», de Thomas Szabo et Hélène Giraud

En 2014, «Minuscule» naviguait entre film de guerre, western et heroic fantasy, tout ça à hauteur d'insectes. Résultat: enchantement et César 2015 du meilleur film d'animation. Aujourd'hui, la suite raconte comment, dans sa quête de réserves pour l'hiver, une coccinelle finit dans un carton de nourriture en partance pour la Guadeloupe. Ses congénères, une fourmi et une araignée volent – littéralement – à son secours. Ces «Mandibules du bout du monde» font fi du vraisemblable et misent sur le pur récit d'aventures, avec humour et rebondissements à l'appui. Résultat: alerte et frais mais un peu décousu. ***

«L'Ordre des médecins», de David Roux

Avec les années, Simon (Jérémie Renier) a appris à garder une distance avec ses patients. Mais lorsque sa mère (la Bâloise Marthe Keller) est hospitalisée, le médecin n'arrive plus, ne peut plus faire la part entre vie privée et professionnelle. Il s'implique de plus en plus dans la prise en charge de sa mère et dans les décisions qui la concernent. Premier long métrage de David Roux, présenté en août dernier sur la Piazza Grande de Locarno, «L'Ordre des médecins» est ­autant un film sur la famille (si ce n'est plus) que sur le milieu hospitalier. Lui-même issu d'une famille de médecins, le réalisateur s'est inspiré de son vécu à la période où sa mère était malade. Ce qu'il fait compter dès lors, ce sont les émotions qui se bousculent en Simon et ses relations avec ses proches. Bien vu: tout est dosé juste comme il faut. ***

«Alexia, Kevin & Romain», d'Adrien Bordone

Réalisé par le Biennois Adrien Bordone, le doc «Alexia, Kevin et Romain» suit trois ados de 17 ans qui doivent se préparer à entrer dans l'âge adulte. Que feront-ils lorsqu'ils quitteront Perceval, ce foyer au bord du lac Léman qui prend en charge des jeunes en situation de handicap ou de «déficience intellectuelle»? Comment s'émanciperont-ils? Tantôt drôles, tantôt déroutants, le plus souvent attendrissants et sans filtre, Kevin, Romain et Alexia sont filmés avec tendresse. ***

«Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon dieu», de Philippe de Chauveron

Marie (Chantal Lauby) et Claude (Christian Clavier) Verneuil ont fini par accepter leurs quatre gendres, tous d'origines et de religions différentes. Mais quand ceux-ci parlent de s'installer à l'étranger (Israël, Chine, Algérie et Bombay) avec femme et enfants, c'est une autre histoire! En 2014, «Qu'est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?» avait cartonné, cumulant plus de 12 millions d'entrées dans l'Hexagone. Sa suite, qui semble tout à fait dans la même veine, fera-t-elle aussi bien? Pas vu.

«Les estivants», de Valeria Bruni Tedeschi

Belle brochette d'acteurs réunis dans une villa de vacances sur la Côte d'Azur. Très vite dans «Les estivants» surgit l'égocentrisme de gens fortunés, coupés des réalités. Un portrait acerbe fort éloquent, même s'il aurait gagné à moins s'éparpiller. ***

«A Bright Light», d'Emmanuelle Antille

La Lausannoise Emmanuelle Antille a entendu la voix de Karen Dalton pour la première fois dans un bus en traversant le pont du Mont-Blanc (GE). Sélectionné aux Journées de Soleure, son doc très perso se balade à travers l'Amérique, au son de la musique folk de cette artiste marginale brisée. Entre rêverie, bizarreries et poésie. Avant la sortie officielle le 13 février, une tournée d'avant-premières a lieu dans toute la Suisse romande, avec concert: A l'issu de chaque projection, les chanteuses suisses Laure Betris, Melissa Kassab et Dayla Mischler réinterpréteront en live les chansons de Karen Dalton. ***

«Samouni Road», de Stefano Sovona

La critique du film, c'est ici.