Agenda

06 novembre 2019 06:54; Act: 06.11.2019 06:54 Print

Par ici toutes les sorties cinéma du 6 novembre!

Romance, guerre, aventure, chute de la mafia... Voici toutes les bandes-annonces des nouveaux films à l'écran.

storybild

«Midway», «Vox Lux» et «Dora et la cité perdue» (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

«Le traître», de Marco Bellocchio:
Retrouvez notre critique ici


«La belle époque», de Nicolas Bedos:

C'est l'histoire de Victor (Daniel Auteuil), blasé parce que ses amours se sont fanées. Un entrepreneur (Guillaume Canet) lui propose de vivre une soirée dans l'époque de son choix. Victor demande à revivre sa rencontre avec sa femme. Pour sa deuxième réalisation, Nicolas Bedos retrouve ce qui faisait le sel de «Monsieur & Madame Adelman»: des personnages forts, des comédiens sublimés (Doria Tillier en tête), des ruptures de ton et de scénario pétillantes, des moments d'émotion en apesanteur, un amusement de cinéaste jouant avec le cinéma comme l'écrivain jouait avec l'écriture dans «Adelman». C'est assez irrésistible. ***


«Midway», de Roland Emmerich:

Après l'attaque de Pearl Harbor, Japonais et Américains s'affrontent dans la bataille de Midway. Le réalisateur allemand Roland Emmerich («Independence Day», «Godzilla», «2012») sait y faire et aborde en détails, à l'aide d'images fortes, ce qui fut l'un des tournants de la Seconde Guerre mondiale. Il traite même le point de vue des Japonais (bien que pas assez), évitant ainsi le manichéisme. ***

«Vox Lux», de Brady Corbet:

Natalie Portman (brillante), Jude Law, Stacy Martin et Raffey Cassidy dans les rôles phares, Sia pour la composition de la musique et Willem Dafoe à la narration: Brady Corbet («L'Enfance d'un chef») s'est bien entouré pour «Vox Lux», qui sort uniquement au Bellevaux à Lausanne. Le film, découpé en plusieurs époques et chapitres, raconte l'histoire de Celeste (Raffey Cassidy jeune, puis Natalie Portman adulte), survivante d'une tuerie scolaire qui va devenir une chanteuse pop à succès et sombrer dans la déchéance. Bien que ce dernier thème soit déjà archivu, Brady Corbet parvient à se démarquer avec son traitement bien à lui. Même si l'on n'est pas sûr de suivre: le mal-être de Celeste est-il l'héritage de la violence (l'ombre des tueries et attentats n'est jamais loin) ou de la célébrité? Les deux thèmes se chevauchent sans jamais vraiment bien s'imbriquer, dans cette oeuvre déroutante, mais intéressante. ***


«Dora et la cité perdue», de James Bobin:

Adapté du célèbre dessin animé «Dora l'exploratrice», ce film d'aventures s'adresse aux petits, avec une Dora (Isabela Moner) qui vous parle face caméra, beaucoup de naïveté et un trop-plein de bons sentiments. Bof bof bof... **


«Au nom de la terre», d’Édouard Bergeon:

Édouard Bergeon raconte quarante ans de la vie de son père, un paysan (Guillaume Canet) écrasé par les dettes et le labeur. Il donne chair à une statistique terrifiante: en France, un paysan se suicide tous les deux jours. Comme «Sorry We Missed You», son pendant anglais en milieu ouvrier, «Au nom de la terre» dresse un état du monde tragique. ***


«La terre est plate», de Matteo Carrega Bertolini:

Filmer, en noir et blanc, le quotidien de deux amis en quête de sens: le propos du premier long métrage du Suisse Matteo Carrega Bertolini est fragile. Il vibre parfois, casse souvent. **


«To the Ends of the Earth», de Kiyoshi Kurosawa:

Trouver un poisson rare dans un lac, goûter à un plat local ou tester une attraction à vous retourner l'estomac dans un Luna Park: voilà les activités qu'essaie l'animatrice télé japonaise Yoko en Ouzbékistan, accompagnée par son équipe. Tandis qu'elle surjoue l'enthousiasme, elle ne se sent ni à l'aise ni en sécurité dans ce pays inconnu, et n'essaie pas de s'adapter. Malgré quelques moments forts, Kiyoshi Kurosawa s'égare dans son propos. **


«La grande cavale», de Christoph et Wolfgang Lauenstein:

Une chatte qui se rêve détective, un coq fan de yoga, un âne zébré et un chien de garde: tels sont les héros de ce film d'animation allemand. Il est réalisé par les jumeaux Christoph et Wolfgang Lauenstein, dont le court métrage «Balance» avait remporté un Oscar en 1990. Pas vu.


Mais encore...

«Bala», d'Amar Kaushik:

Un homme qui doit faire face à une calvitie précoce... voilà qui s'annonce doublement haut en couleurs, puisque l'homme en question est interprété par le bel Ayushmann Khurrana, dans un film made in Bollywood!
À découvrir vendredi 8 novembre, 20h45 au Cinéma Rex (Vevey). Et samedi 9 et dimanche 10 novembre, 10h30, Arena Cinéma (La Praille, Carouge).

«The Operative», de Yuval Adler:

Diane Kruger, en ex-agente du Mossad infiltrée en Iran, donne la réplique à Martin Freeman dans ce thriller d'espionnage inspiré de faits réels, présenté à la dernière Berlinale.
À découvrir au Ciné 17, à Genève.

Festival du film d'histoire
La première édition de ce festival, qui se tiendra à Yverdon ce week-end, est né de l'initiative de gymnasiens de Cheseaux-Noréaz. Un film documentaire suisse, «Free Men», fait partie de leur sélection.

Au ciné chaque mercredi
Les Mercredis du cinéma reviennent pour leur 11e édition au mois de novembre, à La julienne, Maison des arts et de la culture, à Plan-les-Ouates. Au menu, des productions nationales, documentaires ou fictions, récompensées, projetées en présence des réalisateurs.
6, 13, 20 et 27 novembre, à 20h00. Entrée libre, sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Courts métrages
Amateurs de formats courts, n'hésitez pas à faire quelques kilomètres pour vous gaver aux Kurzfilmtage de Winterthur: il y en a 225 au programme jusqu'au dimanche 10 novembre.
Infos et programme: www.kurzfilmtage.ch

(cma/mag)