«Let's Dance»

26 mars 2019 21:28; Act: 26.03.2019 21:28 Print

Pour l'amour de la danse

par Marine Guillain - «Let's Dance» joue sur la rencontre déjà maintes fois mise en scène entre hip-hop et ballet.

Une faute?

Lui, c'est Joseph (Rayane Bensetti), beau gosse torturé qui a tout quitté pour tenter sa chance à Paris. Elle, c'est Chloé (Alexia Giordano), jeune femme au caractère bien trempé, passionnée de danse classique. Il prend son pied avec la street dance, elle rêve de réussir le concours pour entrer à l'école de l'Opéra. Leur rencontre va faire des étincelles. Un petit air de «Save the Last Dance» à la sauce française, dites-vous?

Huit mois après la sortie de «Break», avec Sabrina ­Ouazani, revoici donc un film de danse hexagonal. S'il est vrai que les États-Unis sont friands du genre (la saga «Sexy Dance», «Honey», «Foot­loose» et autre «Dirty Dancing»), la chose est moins courante en France. Pour son premier long métrage, Ladislas Chollat use de tous les fils bien connus outre-Atlantique: les relations familiales compliquées, le deuil, les doutes, la confiance retrouvée grâce à une rencontre amoureuse... et bien sûr la confrontation et la fusion de deux univers: danse classique et hip-hop. Du coup, «Let's Dance» est à l'image de son nom: sans surprise, ultra-­prévisible.

Si les talents de danseur de Rayane Bensetti («Danse avec les stars») sont indéniables, ils sont peu mis en avant. Le comble pour un film de ce genre, où l'on attendait davantage de performances chorégraphiées. Pour ne rien arranger, la direction d'acteurs laisse à désirer et les répliques creuses anéantissent l'énergie insufflée par les jeunes comédiens.

La bande-annonce de «Break», sorti en juillet dernier: