Festival de Cannes

19 mai 2019 21:12; Act: 19.05.2019 21:12 Print

Robert Pattinson: «Je suis attiré par les rôles noirs»

par Henry Arnaud, Hollywood - C'est à la Quinzaine des réalisateurs qu'il faut chercher le comédien britannique dans la 72 édition du Festival.

storybild

(Photo: Keystone/Javier Etxezarreta)

Sur ce sujet
Une faute?

La rumeur enfle, qui donne Robert Pattinson comme le prochain interprète de Batman. En attendant confirmation (ou non) officielle, le comédien de 33 ans savoure son nouveau passage au Festival de Cannes.

Vous êtes devenu un grand habitué de la Croisette puisque vous y présentez un film presque chaque année depuis 7 ans. Que pensez-vous de ce festival?
J'adore être à Cannes. Mon premier passage, il y a une dizaine d'années, c'était pour la promotion de «Twilight» qui n'a jamais été dans la sélection, bien sûr. Les producteurs profitaient du festival pour créer le buzz. Moi, je me sentais un peu comme un voleur qui venait vendre son histoire de vampires au milieu de vrais créateurs du 7e art. Ces dernières années, être sur la Croisette pour «Cosmopolis» ou «Good Time», c'est une fierté car c'est du vrai cinéma d'auteur!

Vous êtes de retour au festival de Cannes dans «The Lighthouse» que l'on pourrait décrire comme un film d'art et d'essai, loin de vos blockbusters grand public. Pourquoi ce choix?
Je me moque de l'attractivité de mon film au box-office. Après la saga «Twilight», je considère que je n'ai plus à courir après les blockbusters. Je suis attiré par les rôles noirs, complexes et déroutants. Si le projet me fait kiffer à la lecture du scénario et que j'ai l'impression d'être incapable de réussir le challenge d'entrer dans la peau du personnage que l'on me propose, alors je dis oui de suite (rires).

Comment présenter «The Lighthouse»?
Je déteste raconter mes films. Disons que c'est un film en noir et blanc dans lequel Willem Dafoe incarne un vieux gardien d'un phare. L'histoire se déroule au début du 20e siècle et nous avons tourné en Nouvelle Écosse, où il faisait un froid glacial. Il ne fallait pas une grande imagination pour se glisser dans la peau de mon personnage. D'ailleurs, j'ai arrêté de me poser mille questions sur mon rôle. Je me contente de faire confiance au réalisateur et je me laisse guider par mes dialogues.

Sans même mentionner un éventuel Batman, vous serez tout de même de retour dans une grosse production l'an prochain avec la prochaine mise en scène de Christopher Nolan (le réalisateur de «Dark Knight»). Que peut-on en attendre?
Je n'ai bien sur pas le droit de dire quoi que ce soit de ce projet mais j'ai lu le scénario qui est d'une grande complexité. Nolan a inventé quelque chose de totalement nouveau et super cool.