«Action ou vérité»

01 mai 2018 17:33; Act: 01.05.2018 17:33 Print

Si vous refusez de jouer, vous mourrez

par Marine Guillain - Une innocente partie d'Action ou vérité se transforme en cauchemar pour une bande d'ados.

Une faute?

En virée au Mexique pour les vacances, un groupe d'amis rencontre un type en soirée. Il les emmène dans une église abandonnée et leur propose de jouer à ­Action ou vérité. Défis bébêtes («Embrasse Olivia!»), questions ambiguës («Sais-tu que ta meilleure amie est amoureuse de ton mec?») et petits malaises, rien de bien méchant. Sauf que de retour à l'école, une force maléfique oblige la bande à continuer le jeu, en imposant ses règles: deux vérités pour une action, si tu n'obéis pas... tu meurs.

Ça tombe d'abord sur Olivia (Lucy Hale), contrainte de révéler devant tout le monde que sa meilleure copine Markie (Violett Beane) est infidèle. Lorsque vient le tour de Ronnie, il refuse de montrer ses ­attributs en public... et chute mortellement d'une table de billard. Il s'agit ensuite de révéler ses sentiments, son homosexualité, de marcher sur un toit en buvant de l'alcool, de tromper sa copine en couchant avec une autre.

Produit par Jason Blum («Get Out», «Happy Birth­dead», «Paranormal Activity»...), «Action ou vérité» se concentre davantage sur les secrets banals et les petites trahisons entre amis que sur les défis terrifiants et l'explication (insensée) de cet acharnement contre eux. Il se classe dans les films d'épouvante d'entrée de gamme, sans originalité (les sourires diaboliques sont ­bêtement inspirés des filtres Snapchat), sans réflexion et sans morale.