Festival de Cannes

15 mai 2019 22:35; Act: 15.05.2019 22:35 Print

Taron Egerton: «Elton John est surhumain»

par Miguel Cid, Londres - Taron Egerton a tout donné pour camper le flamboyant chanteur anglais dans «Rocketman», projeté hors compétition ce jeudi 16 mai à Cannes.

Sur ce sujet
Une faute?

L’acteur bientôt trentenaire ne tarit pas d’éloges sur celui qu’il incarne à l’écran dans un biopic musical qui sortira en salle le 29 mai.

Vous avez pris du poids pour ce rôle…
Mon poids fluctue de toute façon. Au début du tournage, je pesais probablement dix kilos de plus qu’aujourd’hui. Je joue Elton de 17 à 42 ans et son poids a toujours fluctué massivement. Je ne me suis pas fait de souci à ce sujet. Ce n’est pas comme quand j’incarne Robin des Bois ou Eggsy dans «Kingsman», où je me dis: «Bon Dieu, je ne vais pouvoir avaler que du poulet et des brocolis pendant trois mois.»

Qu’admirez-vous le plus chez Elton?
Je trouve extraordinaire qu’une personne qui a eu une enfance difficile, avec des parents loin d’être parfaits, plonge dans les drogues puis s’en sorte. Elton John est un survivant. C’est très important de se souvenir de ça. «Rocketman» est un film sur quelqu’un qui va en cure de désintoxication et reprend le contrôle de sa vie. À mes yeux, Elton est un peu surhumain d’avoir réussi ça, sans parler de ses talents artistiques.

Était-il très présent sur le tournage?
Il m’a attaché des ficelles aux bras, comme un marionnettiste! Je plaisante, il est resté à l’écart du plateau. Je ne pense pas que j’aurais pu faire mon boulot s’il avait été là. Cela aurait été un foutu cauchemar! David (ndlr: le mari d’Elton) venait sur le tournage, mais même lui nous laissait tranquilles. David et Elton visionnaient quotidiennement les rushs parce qu’ils produisent le film, mais ce sont aussi des gens intelligents et sensibles. Cela dit, le scénario a été développé par leur boîte de production donc ils sont très impliqués dans tout le processus, y compris le montage. Créer une version édulcorée et fade de la vie d’Elton ne les intéresse pas.

Le 25 mars dernier...

Pour camper un homme gay de manière convaincante vous dites avoir appris à apprécier la beauté des hommes…
Oui, il le faut. Quand tu incarnes quelqu’un, tu dois ressentir ce qu’il ressent. Tu dois voir le monde comme lui. Et on est en 2019 de toute façon, c’est presque pénible de parler de ça parce qu’il s’agit d’un non-problème. Je suis hétéro mais je peux regarder Richard Madden (ndlr: qui joue l’ancien manager et amant d’Elton) et me rendre compte que c’est un très beau mec! Nous sommes tous les deux des acteurs qui prenons notre art au sérieux et nous voulions faire de notre mieux pour raconter l’histoire d’Elton à l’écran. Cet aspect (les scènes de sexe) n’a jamais été autre chose qu’une partie du job. Je me sens très fier d’être un homme hétéro qui joue une icône gay. Bien sûr qu’on devrait célébrer l’intimité d’un couple d’hommes dans un film commercial produit par un grand studio hollywoodien. C’est le monde dans lequel je veux vivre.

A-t-il toujours été question que vous chantiez vous-même les chansons d’Elton?
Oui, depuis que je suis venu à bord. Je crois que j’ai décroché le rôle parce que je sais chanter. Je voulais créer ce personnage qui est basé sur Elton mais aussi ma propre création, et donc j’avais envie d’utiliser ma propre voix. J’essaie de rendre hommage à Elton mais c’est aussi moi et ma voix, donc il y a des limites à ce que je peux faire pour chanter comme lui. Si on avait employé des gadgets sophistiqués en studio pour mélanger nos voix, j’aurais pu lui ressembler davantage mais je trouve ça moins authentique. C’est toujours ce qui m’a séduit à cet égard et aussi ce qu’Elton souhaitait. En fait, au début il a entendu deux ou trois de mes enregistrements et a dit: «Arrête d’essayer de chanter comme moi!» Alors j’ai répondu: «OK, OK, j’arrête!»