«Happy New Year»

20 décembre 2011 17:15; Act: 20.12.2011 17:14 Print

Tout le monde est si beau le soir du Réveillon!

par Fred Ferrari - C’est au réalisateur Garry Marshall et à son «Happy New Year» qu’on doit la grosse sucrerie de cette fin d’année.

Chacun vit à sa manière les dernières heures avant les 12 coups de minuit.
Une faute?

Il en va du Nouvel An comme de la Saint-Valentin: d’aucuns dénoncent son mercantilisme tapageur tandis que d’autres vantent la magie de cette journée unique de l’année. Le réalisateur Garry Marshall, lui, a fait de cette dichotomie son fonds de commerce. Déjà avec «Valentine’s Day», il nous avait concocté un de ces puddings américains truffés de guimauve auquel on ne résistait pas. Il remet le couvert à l’occasion des agapes du Nouvel An.

Kaléidoscope

La recette est la même: une ribambelle d’histoires parallèles avec une ribambelles de personnages tous plus parfaits les uns que les autres. La responsable des illuminations de la ville improvise un discours fédérateur, un employé viré accepte de sauver la fête in extremis, de futurs papas rivaux se tombent dans les bras à la naissance de leur rejeton... on en passe et des meilleures.
C’est un festival de bons sentiments qu’on ne saurait snober sans passer pour un sans-cœur. On aura tout de même une pensée pour Christoph Schaub, le cinéaste suisse à qui on a gaillardement «emprunté» le titre d’un des films (en version originale, le film de Marshall est intitulé «New Year’s Eve»).