Agenda

05 mars 2019 18:47; Act: 05.03.2019 21:31 Print

Toutes les sorties ciné du 6 mars, c'est ici!

par Marine Guillain - Cette semaine, le dernier Marvel et le succès alémanique de l'année 2018 sortent sur les écrans romands.

storybild

«Destroyer», «Stan and Ollie» et «Captain Marvel» (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

«Captain Marvel» d'Anna Boden et Ryan Fleck

La critique du film, c'est par ici.

«Le merveilleux voyage de Wolkenbruchs» de Michael Steiner

L'interview de Noémie Schmidt et la critique du film sont ici.

«Pearl» d'Elsa Amiel

Escarpins, bikini, paillettes. Bijoux, maquillage et muscles démesurément gonflés. À l'Eden Palace, la finale de Miss Heaven, compétition internationale de culturisme féminin, s'approche. Léa Pearl (interprétée par la véritable bodybuildeuse suisse Julia Föry) concourt pour le titre. Mais alors que son coach la tyrannise, son ex resurgit du passé et lui laisse sur les bras leur gosse de 4 ans qu'elle ne reconnaît pas. Brillant par son esthétisme léché, «Pearl» – premier long métrage d'Elsa Amiel – explore la féminité avec punch. Faussement superficiel, il s'enveloppe d'un univers bling-bling fait de paraître et de sourires forcés pour mieux aborder la vulnérabilité. ***

«Stan and Ollie» de Jon S. Baird

Vous connaissez certainement mieux Stan et Ollie sous le nom de Laurel et Hardy. En 1937, le duo comique le plus célèbre de tous les temps est au sommet de sa carrière. Seize ans plus tard, vieillissants et oubliés, Stan Laurel et Oliver Hardy peinent à remplir les salles de leur tournée en Angleterre. Le réalisateur Jon S. Baird a ainsi choisi d'axer son film sur la fin de carrière des deux stars, fatiguées et ruinées. Et sur leur intimité: à l'inverse de son personnage à l'écran, Stan Laurel est le cerveau du duo. Son interprète, Steve Coogan, et son compère John C. Reilly excellent et émeuvent sous les traits des légendaires comiques. Le génial travelling d’ouverture à travers les studios de cinéma fait place à une suite un peu trop formelle. ***

«Celle que vous croyez» de Safy Nebbou

La cinquantaine, Claire (lumineuse Juliette Binoche) se crée un profil Facebook: Clara, 24 ans, beaux cheveux blonds. Elle rencontre Alex (François Civil), jeune photographe. Débute entre eux une relation platonique passionnelle. Avec «Celle que vous croyez», Safy Nebbou voit tout juste. La seconde partie, qui dessine les conséquences de différents choix, est tout à fait maîtrisée. ***

«Le mystère Henri Pick» de Rémi Bezançon

Une bibliothèque bretonne rassemble les bouquins dont les éditeurs n'ont pas voulu. Une éditrice y trouve un manuscrit qu'elle publie et qui devient un best-seller. Persuadé qu'il s'agit d'une imposture, un critique littéraire enquête pour trouver le vrai auteur du roman. Dans «Le mystère Henri Pick», le duo Fabrice Luchini - Camille Cottin fait des étincelles, grâce à des dialogues souvent exquis et à une enquête pas si mal ficelée. ***

«La Flor» de Mariano Llinas

Série B, espionnage, mélodrame musical, vieux film français... Sur près de 14 heures, «La Flor», petit bijou du 7e art, honore les genres cinématographiques. Les quatre merveilleuses actrices sautent d'un univers à l'autre. Après avoir été montré à Locarno, cet OVNI argentin du fantasque Mariano Llinas sera projeté en quatre parties au Spoutnik (GE) et au CityClub Pully (VD). ****

«Destroyer» de Karyn Kusama

Agente brisée, Erin Bell (Nicole Kidman, métamorphosée) se retrouve confrontée à son passé lorsque le chef d'un gang qu'elle a jadis infiltré refait surface. Globalement, «Destroyer» a divisé la critique française et américaine. La performance de Nicole Kidman sous le soleil de Los Angeles a plutôt été saluée. Pas vu.