Agenda

03 avril 2019 07:42; Act: 04.04.2019 15:33 Print

Toutes les sorties ciné du 3 avril, c'est ici!

par Marine Guillain - Découvrez les bandes-annonces de tous les films qui sortent dans les salles romandes cette semaine.

storybild

«Shazam!», «Le parc des merveilles» et «Mon inconnue». (Photo: Steve Wilkie)

Sur ce sujet
Une faute?

«Shazam» de David F. Sandberg

À Philadelphie, le jeune Billy Batson, espiègle au cœur tendre, est de nouveau placé en famille d'accueil. À la suite d'un concours de circonstances, le gosse se retrouve doté de superpouvoirs: il lui suffit de crier «Shazam!» pour se retrouver dans un corps d'adulte musclé comme un viking. Découvrez la critique de ce film ici.

«Mon inconnue» d'Hugo Gélin

Alors que son couple bat de l'aile, un jeune homme se retrouve plongé dans une vie où il n'a jamais rencontré sa femme Olivia. Découvrez l'interview de l'actrice Joséphine Japy en cliquant ici.

«Tel Aviv on Fire» de Sameh Zoabi

Il n'est jamais aisé de traiter un sujet lourd avec humour. «Tel Aviv On Fire» le fait à merveille. Dans cette comédie fraîche faussement légère, Salam, jeune Palestinien timide, bosse sur le tournage d'une célèbre série TV arabe à l'eau de rose. Pour se rendre au studio, il doit passer chaque jour le poste de contrôle entre Jérusalem et la Cisjordanie. Et voilà qu'avec l’aide du commandant israélien du check-point, il se met à écrire les dialogues des épisodes à venir! Avec un humour salvateur et des personnages hauts en couleur, le cinéaste Sameh Zoabi lance ainsi un regard habile et malicieux sur le conflit israélo-palestinien. Un régal! ****

«Captive State» de Rupert Wyatt

À Chicago, après avoir perdu ses parents et son grand frère, Gabriel (Ashton Sanders, vu dans «Moonlight») survit dans une atmosphère proche de l'apocalypse. Métaphore hautement politique d'un régime autoritaire qui divise collaborateurs et rebelles, la dictature extraterrestre chez Rupert Wyatt («La Planète des singes: les origines») prend forme dans un climat anxiogène maîtrisé. Le métrage est ambitieux (plaisante scène d'introduction) mais maladroit: les bien trop nombreux personnages ne savent pas où se mettre et la surenchère d'informations complexes fait perdre le fil. **

«Chamboultout» d'Eric Lavaine

Elle se trompait, Béatrice (Alexandra Lamy), en pensant que son livre plairait à ses amis! Elle y raconte sa vie depuis que son mari (José Garcia) est devenu aveugle et sans filtre. Après le succès de «Retour chez ma mère», Éric Lavaine retrouve son actrice fétiche dans une comédie humaine qui pointe jalousie et égoïsme. Ça se laisse regarder, même si c'est trop gentillet. **

«Gräns (Border)» d'Ali Abbasi

Si vous voulez du glamour et du sexy, ce n'est pas par ici que ça se passe. Non, dans «Gräns» (frontière), les héros ont des visages de monstres, ils grognent et ils mangent des insectes. Douanière en Suède, Tina est capable de flairer la honte et la culpabilité chez les gens. Explorant les notions d'identité et de différence, le scénario d'une grande rareté joue avec le thriller, la romance et le fantastique. «Gräns» ne ressemble à rien d'autre, «Gräns» est dérangeant et fascinant. ***

«Le parc des merveilles» de Dylan Brown & Carlos Baena

Elle déborde d'imagination, June! Le soir, avec sa maman, elle crée de nouvelles attractions pour «Le parc des merveilles», un lieu qu'elle a elle-même inventé et conçu dans sa tête. Lorsque sa mère tombe gravement malade, June abandonne tout. Un jour, l'enfant découvre que son parc d'attractions a pris vie... mais qu'il est en train de tomber en ruine. Quelques personnages sympas et une armée flippante de «chimpampeluches» agrémentent ce nouveau Disney au message limpide: laissez vivre vos rêves et votre imagination. **

«Closing Time» de Nicole Vögele

La vie, la nuit à Taïwan, d'un couple qui tient une échoppe de soupes. Entre karaokés, poissons rouges, virées en scooter et achats au marché, la Suissesse Nicole Vögele montre un quotidien simple à l'atmosphère vaporeuse. Un doc constitué de longs plans fixes, pas facile d'accès. *

«Nuestro tiempo» de Carlos Reygadas

Directeurs d'un ranch, Juan et Esther se sont mis d'accord sur la possibilité de vivre des expériences amoureuses en toute liberté. Mais lorsque Esther tombe sous le charme d'un éleveur américain, Juan se laisse envahir par la jalousie et transgresse le pacte tacite qu'ils s’étaient fixé… Réalisé par le Mexicain Carlos Reygadas, ce drame était en compétition à la Mostra de Venise. Pas vu.

«RBG» de Jolie Cohen & Betsy West

Trois mois après la fiction «Une femme d'exception», où Felicity Jones campait Ruth Bader Ginsburg, voici le documentaire (nommé d'après les initiales de cette icône de la pop culture). Âgée de 86 ans, cette juge à la Cour suprême des États-Unis s'est battue pour l'égalité hommes-femmes et contre toutes les formes de discrimination. Par Betsy West et Julie Cohen. Pas vu.

«Le voyage de Bashô» de Richard Dindo

Matsuo Bashô est un poète japonais du XVIIe siècle, encore vénéré aujourd'hui. Le cinéaste suisse Richard Dindo place un moine dans la peau de ce pèlerin, considéré comme le père spirituel de la poésie haïku, et le fait voyager sur ses traces. Une méditation poétique et philosophique sur le temps, la vie, le vieillir et l'immuabilité de la nature. Pas vu.