Agenda

13 février 2019 07:10; Act: 13.02.2019 07:10 Print

Toutes les sorties ciné du 13 février, c'est ici!

par Marine Guillain/cma - Horreur, drame, comédie, animation, documentaires, thriller et science-fiction sont au menu de la semaine.

storybild

«All inclusive», «Ralph 2.0» et «Alita: Battle Angle» (Photo: dr)

Sur ce sujet
Une faute?

«Vice» d'Adam McKay

Retrouvez notre critique du film ici.

«Alita: Battle Angle» de Robert Rodriguez

L'interview de Keean Johnson et notre critique du film, c'est par ici.


«Ralph 2.0» de Phil Johnston et Rich Moore

Ralph et Vanellope sont deux personnages de jeux d'arcade. Un jour, «Sugar Rush», le jeu où vit Vanellope, rend l'âme. Les deux amis pénètrent alors dans l'univers d'internet, pour trouver une pièce de rechange et réparer la machine. On était un peu inquiet quant au sens de cette animation. Eh bien «Ralph 2.0» se révèle être une bonne surprise! Futé, il rend concret l'invisible en mettant une image sur un moteur de recherche, un pop-up, un virus ou un algorithme. Ce n'est pas le régal visuel, mais le métrage mélange savamment les générations avec jeux d'arcade d'hier, internet d'aujourd'hui et princesses Disney: là-dessus, les incollables apprécieront les clins d'oeil parodiques. On n'aurait pas craché sur une critique plus moqueuse des risques des nouvelles technologies, même si l'idée y est. ***

«Une intime conviction» d'Antoine Raimbault

«Une intime conviction» relate le second procès de Jacques Viguier, accusé du meurtre de sa femme Suzanne, dont le corps n'a jamais été retrouvé. La robe d'avocat sied pile-poil à Olivier Gourmet, pilier d'une affaire floue mise en scène avec un réalisme sans esbroufe. Le personnage fictif de Nora (Marina Fois), qui remue ciel et terre pour que Viguier soit acquitté, convainc moins. ***

«All inclusive» de Fabien Onteniente

Bruno (François-Xavier Demaison) s'attendait a un super voyage en amoureux en Guadeloupe. Eh bien c'est tout seul qu'il part finalement, après que sa femme (Maiwen) l'a planté à l'aéroport. Dans le club de vacances qui fourmille d'activités et de G.O insupportables, il doit partager sa suite nuptiale avec un célibataire relou (Frank Dubosc). Bruno rencontre aussi Lulu, veuve retraitée «très open» (Josiane Balasko) et Monsieur Laurent, directeur ambigu du club (Thierry Lhermitte). Pas de surprise, pas d'originalité, aucune finesse: Fabien Onteniente («Camping» 1, 2 et 3) nous plante un Frank Dubosc toujours dans ce même rôle navrant, au milieu de clichés ridicules, et emballe le tout d'une bonne grosse daube musicale. Fuyez!

«Jura Terre Promise» de Claude Stadelmann

Il fallait un Delémontain pour raconter le Jura en faisant honneur à l'esprit des habitants de ce canton à part. Claude Stadelmann l'a fait, dans un film qui tient plus du collage déconnant que de la thèse bien-pensante. On y trouve, en vrac, une iconographie riche souvent détournée par le duo Plonk et Replonk, des entractes pseudo publicitaires vantant les produits et industries locaux, des extraits du TJ... Démarré tambour battant, le procédé s'essouffle un peu sur la fin. Qu'importe. Si seulement toute l'histoire suisse nous était racontée ainsi (avec un bon prof pour dénouer les faits des commentaires et de l'humour). ***

«Happy Birthdead 2 You» de Christopher Landon

En voulant aider son pote Ryan, victime d'une malédiction, Tree (Jessica Rothe) recommence à vivre en boucle le jour de son anniversaire, qui se termine toujours par son meurtre ou son suicide. Et la voilà en plus projetée dans une dimension parallèle. Si vous avez aimé le premier «Happy Birthdead», sa suite devrait vous séduire. Certes un peu réchauffé, c'est la parfait divertissement pour un samedi soir entre ados. **

«Les héritières» de Marcelo Martinessi

Ils sont rares, les films du Paraguay. Alors quand un métrage traite d'une relation entre deux femmes dans la cinquantaine, c'est presque du jamais vu! Lorsque Chiquita part en prison, sa compagne Chela se retrouve seule et ruinée. Ne serait-ce pas le moment de saisir la nouvelle vie qui s'offre à elle? Voilà un portrait de femmes sobre et délicat. **

«Jean Vanier, le sacrement de la tendresse» de Frédérique Bedos

Jean Vanier est le fondateur de l'Arche, structure qui accueille plus de 1200 personnes en situation de handicap mental en France. Mais tout ça a commencé à petite échelle, en 1964, quand les personnes à troubles mentaux étaient enfermées dans des asiles... Le doc de Frédérique Bedos rend hommage à ce bienfaiteur, âgé aujourd'hui de 90 ans. Pas vu.