«Le prince oublié»

11 février 2020 18:49; Act: 11.02.2020 18:49 Print

Un papa de conte de fées

par Marine Guillain - Dans «Le prince oublié», Omar Sy tente de garder une place de choix dans la vie de sa fille.

Une faute?

«Papa, j'ai 11 ans. Je peux me les faire toute seule mes histoires maintenant, tu comprends?» Quand Sofia (Sarah Gaye) annonce ça à son père (Omar Sy), c'est le drame! Jusqu'à présent, Djibi lui racontait une histoire chaque soir, qui prenait vie dans un monde imaginaire –représenté à l'écran comme un plateau de cinéma coloré, peuplé de créatures fantastiques. Sofia était la jeune princesse et son père le prince courageux qui venait la sauver. Mais à présent, la préado entre au collège, se fait de nouveaux amis et étouffe un peu avec ce papa poule...

Michel Hazanavicius se plaît à jouer avec l'envers du décor, comme c'était déjà le cas dans «The Artist» et «Le redoutable». Ainsi, les craintes de Djibi se matérialisent dans son monde imaginaire: lorsque les personnages ne sont plus dans aucune histoire, ils sont envoyés aux oubliettes, où ils disparaissent lentement.

Le message de ce conte familial qui mélange intime et épique est on ne peut plus limpide: chaque parent doit un jour accepter que son enfant grandisse et s'émancipe. Bien qu'il n'échappe pas à quelques maladresses, ni à quelques longueurs (dont les scènes avec le méchant, plutôt inutiles), le cinéaste (père de quatre enfants) traite la thématique avec originalité. Il parvient à mêler plutôt habilement la grisaille de la réalité et les tons criards de l'univers fantastique. Voilà qui devrait séduire petits et grands.