«Avant l'aube»

01 mars 2011 16:34; Act: 01.03.2011 16:38 Print

Un polar qui souffle le chaud et le froid

Pour son second long-métrage, Raphaël Jacoulot signe un thriller intéressant à défaut d'être abouti.

Une faute?

Il fait froid, en montagne, avant l’aube. Et pas seulement à cause de la neige qui tombe à gros flocons sur l’hôtel où travaille Fred (l’excellent Vincent Rottiers), un jeune en réinsertion. Tout cet univers tiré à quatre épingle est glacial. Mais après avoir été témoin de la disparition d’un client, Fred devient l’objet de toutes les attentions, chaleureuses, de son patron (Jean-Pierre Bacri), qui a quelque chose à se reprocher. Pourtant, à mesure qu’approche le printemps, la situation se glace comme un cadavre…

Psychologie primordiale

Thriller assez subtil dans la psychologie des personnages, jouant sur des apparences (Bacri le râleur, Rottiers le voyou) et les rapports de classes sociales, «Avant l’aube» ne sait pas comment se tirer d’affaire et rate sa sortie. Dommage.

(ffe)